L’Occitanie deuxième région de France préférée des Britanniques

L'Union Jack / © MAXPPP
L'Union Jack / © MAXPPP

La Région Occitanie continue d'attirer les Britanniques sur son territoire. Elle accueille 25 000 expatriés d'outre-Manche dont 4 000 vivent dans la métropole de Toulouse et un millier dans celle de Montpellier.

Par Nathalie Fournis

Selon un rapport de l'Insee, l'Occitanie est la deuxième région d'accueil des Britanniques en France.
Avec 25 000 résidents, notre région arrive en deuxième position juste après la Nouvelle-Aquitaine qui attire 40 000 ressortissants du Royaume-Uni.

En 1990, l'Occitanie n'arrivait qu'en 4ème position des régions françaises et comptait seulement 6 000 Britanniques.
Ce chiffre n'a cessé d'augmenter à un rythme de 7,1% par an jusqu'en 2011, alors que le reste du territoire ne progressait que de 4,3%.

Entre 2011 et 2016, la tendance s'est renversée, probablement à cause de la dévaluation de la livre sterling et de son impact sur le pouvoir d'achat rendant plus difficile l'accès à l'immobilier, l'Occitanie a alors perdu 2 600 ressortissants.
Sur cette période, seule Toulouse a conservé son attractivité avec une légère augmentation du nombre de ses résidents.

Dans les grandes villes :
  • 4 000 Britanniques vivent dans la métropole toulousaine
  • Environ un millier de ressortissants du Royaume-Uni a choisi d'élire domicile à Montpellier.
 
 

Les zones rurales ont la préférence des Britanniques 

Les zones rurales de notre région sont les plus attrayantes, notamment les territoires labellisés "Grands sites".

Selon l'Insee, ces secteurs sont plébiscités pour leur qualité de vie et leur fort potentiel touristique.
Dans des lieux comme Saint-Antonin-Noble-Val (Tarn-et-Garonne), Marciac (Gers), l'ouest du Lot ou encore les Corbières audoises et catalanes (Aude et Pyrénées-Orientales) et le littoral de l'Hérault, la présence des Britanniques contribue à maintenir, voire à développer les emplois présentiels, c'est-à-dire ceux qui satisfont les besoins des populations locales. 

Les grands chiffres de cette expatriation
  • 54% des expatriés privilégient les territoires ruraux
  • 66% sont retraités
  • La majorité de ces résidents sont arrivés en France il y a plus de 10 ans 


Un tiers d'actifs en Occitanie

Les Britanniques occupant un emploi représentent 32% de la population totale.
Moins présents dans les zones rurales que les retraités, les actifs sont répartis sur les différents territoires.

A elle seule, l'aire urbaine de Toulouse concentre 25% des actifs de la région. L'installation dans la ville rose se fait en famille, 38% des adultes y vivent en couple avec enfants.

Airbus et le secteur aérospatial emploient un tiers des Britanniques actifs sur Toulouse et à proximité.
La moitié des expatriés qui travaillent sont des cadres.

Sans préjuger de l'ampleur des conséquences du Brexit, pronostique l'Insee, l'Occitanie pourrait être particulièrement concernée compte tenu de la forte présence britannique dans la Région.

Que ce soit pour les résidents de nationalité britannique, le tourisme ou les partenariats économiques entre la région et le Royaume-Uni, les échanges pourraient en pâtir.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus