Pas de réouverture des écoles le 11 mai à Montauban sans dépistage du personnel

© AFP
© AFP

Les écoles de Montauban ne rouvriront lundi 11 mai que si le personnel enseignant et les agents municipaux sont dépistés pour le Covid 19. C’est en tous cas ce que la maire (LR), Brigitte Barèges, exige.

Par Christine Ravier


Ces conditions seront-elles remplies d’ici lundi 11 mai pour que les écoles montalbanaises rouvrent ? Rien n’est moins sûr puisque la maire de la ville, Brigitte Barèges, demande à l’Etat de faire dépister les enseignants et les agents communaux qui y travaillent. Près de 400 agents chargés de l’accueil, de la garderie et des cantines seraient concernés. 

Les élèves, "chair à canon" ? 


La maire de Montauban dit vouloir s’appuyer sur un sondage qu’elle a lancé auprès des parents d’élèves afin d’évaluer le nombre d’enfants qui se présenteront lundi matin aux portes des écoles. Auprès de nos confrères de France bleu, elle affirme qu’elle ne voit pas pourquoi on enverrait les enfants comme chair à canon dans les écoles et dénonce un manque de cohérence de la part de l’Etat qui envisage une annulation du 2e tour des municipales en juin.
 

Le préfet en désaccord mais pas de mesure de réquisition  

Pierre Besnard, le préfet, n’approuve pas. 

C’est illégal, affirme-t-il.

"Le protocole permet de rouvrir les écoles. Toutes les conditions sont réunies. Je compends que ce soit difficile à organiser. Jusqu’au 18 mai nous sommes en phase de déconfinement. C’est une période d’incertitude et de souplesse."

Le préfet ne prendra pas de mesures de réquisition. Il précise qu’il s’agit d’une période de concertation et regrette une décision unilatérale de Brigitte Barèges. Mais il tempère en expliquant qu’une dizaine de maires de villages du Tarn-et-Garonne ne souhaitent pas non plus rouvrir les écoles dès le 11 mai.
 

Pour autant, le représentant de l’Etat l’affirme clairement : après le 18 mai, après cette période de déconfinement, les services de l’Etat feront appliquer la loi.

Brigitte Barèges, dans un communiqué de presse, explique de son côté qu’elle espère une reprise possible avant le 2 juin “afin de permettre la reprise économique” mais ne s’y engage pas. 
"D’ici là, et ainsi qu’indiqué, nous aurons reçu les tests sérologiques attendus, les thermomètres sans contact qui permettront là aussi de dépister les adultes et enfants qui seraient porteurs de fièvre et qui, dans ce cas, seraient renvoyés chez eux".

Le préfet rappelle, lui, la diversité des moyens déployés : mise à disposition des protocoles sanitaires par l'Education nationale, mise en place d'une FAQ (foire aux questions) sur le site de la préfecture, composition d'équipes de proximité composées notamment de sapeurs-pompiers volontaires, d'infirmiers et de médecins pour sensibiliser le personnel. 

La préfecture signale l'offre de la Région d'activer des cantines de lycées pour fournir des repas froids. Elle dit, en outre, vouloir maintenir la concertation, en coopération avec le DASEN, les directeurs académiques des services de l'Education nationale. Elle précise que la direction diocésaine de l'enseignement catholique confirme l'ouverture des établissements privés de son ressort à Montauban.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus