Paulhan : les“ Irrifrance” bientôt fixés sur leur sort

A Paulhan, dans l'Hérault, les salariés d'Irrifrance et la municipalité attendaient la décision du premier ministre.
A Paulhan, dans l'Hérault, les salariés d'Irrifrance et la municipalité attendaient la décision du premier ministre.

Manuel Valls doit arbitrer le bras de fer qui oppose la société Irrifrance à la Banque Publique d'Investissement et à la Compagnie Française d'Assurance  des Contrats Extérieurs, l'organisme qui accompagne et sécurise les contrats à l'étranger.

Par Armelle Goyon

La PME héraultaise "Irrifrance ", spécialisée dans l'irrigation au Moyen-Orient et notamment en Syrie, accuse les pouvoirs publics d'entraver son développement international au point de menacer sa survie. Le propriétaire est un homme d'affaires libano-syrien, Osmane AÎdi, qui a fait fortune sous l'ère du président Hafez Al-Assad, le père de l'actuel chef du régime syrien, Bachar El-Assad. 

Depuis mi-octobre, les 120 salariés de l'usine sont au chômage partiel, avec à échéance du 17 novembre, l'épée de Damoclès d'un dépôt de bilan. 

A Paulhan, le comité d'entreprise et la municipalité, soit 300 personnes, se sont retrouvés à midi autour d'une grillade, afin d'appuyer leur demande et dans l'espoir de peser sur la décision du premier ministre.  

Le ministère a promis une réponse pour demain mercredi 5 novembre.

Paulhan : les " Irrifrance " bientôt fixés sur leur sort
Reportage : S.Banus/ JP.Faure

 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus