Un plat chaud pour nos travailleurs : l'appel du député de la Lozère à rouvrir les restaurants fermés pour confinement

A l'approche de l'hiver, Pierre Morel-À-L'Huissier, député de la Lozère, aimerait que certains restaurants puissent accueillir les ouvriers du bâtiment pour le repas du midi afin qu'ils ne restent pas dans le froid. 
Le député de la Lozère souhaite que les ouvriers qui travaillent à l'extérieur puissent déjeuner au chaud
Le député de la Lozère souhaite que les ouvriers qui travaillent à l'extérieur puissent déjeuner au chaud © MAXPPP / Thierry Gachon
Pendant ce deuxième confinement, les ouvriers sont autorisés à travailler. Mais comment se restaurer le midi ? Après l'assouplissement des mesures sanitaires pour les relais routiers, Pierre Morel-À-L'Huissier, député de la Lozère a lancé un appel "un plat chaud pour nos travailleurs" pour permettre aux ouvriers qui travaillent en extérieur de manger chaud avec l'aide des restaurateurs. Une question d'humanité pour le député de la Lozère : "la vague de froid commence à envahir le territoire et est appelée à durer, il n’est pas concevable d’abandonner ces personnes à se restaurer dehors, dans le froid, souvent avec un simple sandwich" écrit-il sur les réseaux sociaux. 

Donner plus de liberté aux préfets

Concrètement, l'idée serait que les restaurateurs voisins d'un chantier préparent des repas pour les ouvriers. Ces derniers seraient accueillis dans une salle du restaurant "dans des conditions sanitaires extrêmement strictes et similaires aux restaurants professionnels : une personne par table, espacée de deux mètres, boisson individuelle" explique le député. Autre solution : l'ouverture des salles municipales "afin de ne laisser personne attendre dehors et d’éviter à tout prix que les salles de restaurants soient surpeuplées". Pierre Morel-À-L'Huissier aimerait par la même occasion que le pouvoir des préfets soit assoupli et qu'ils puissent s'adapter aux problématiques territoriales : "Il faut tenir compte de la réalité de terrain. Les préfets devraient avoir une certaine latitude. Madame la préfète, Valérie Hatsch, serait prête à faire une dérogation".
 

Cette mesure permettra aux restaurateurs désignés de reprendre une petite activité pouvant s’avérer cruciale pour leur trésorerie tout en offrant des conditions de travail dignes et protectrices des intempéries à nos travailleurs dont la continuité de l’activité professionnelle est essentielle à la vie économique de la France.

Pierre Morel-À-L'Huissier

Une convention entre deux professions 

Ce mercredi 18 novembre, une convention sera signée entre l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie, la chambre des métiers et la fédération française du bâtiment du Gard pour que les professionnels de la restauration et du bâtiment travaillent ensemble. L'UMIH a déjà mis en ligne une carte localisant les restaurants qui font de la vente à emporter dans le département. 
 
Denis Allegrini, président de l'UMIH du Gard espère que cette intiative permettra aux professionnels de la restauration d'augmenter un peu leur chiffre d'affaires. Il tente de se projeter : "Toute cette entraide et union entre les professions je pense qu’on la portera après la crise". Il faut maintenant lister les établissements de restauration ouverts mais aussi localiser les chantiers des entreprises du bâtiment. Il espère aussi que les professionnels se manifesteront. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement santé société coronavirus/covid-19 solidarité consommation économie alimentation