Portrait de l’Héraultais Sébastien Chavanel, Lanterne rouge du Tour de France 2015

"Ce serait top de faire le Tour 2016, surtout s'il passe à Montpellier". A 34 ans, Sébastien Chavanel a terminé dernier au classement général du Tour de France. Mais le coureur, qui habite à Montaud dans l’Hérault, nous a raconté sa Grande Boucle, mardi, lors d'un entretien.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

La Lanterne rouge du Tour de France 2015 est un Héraultais. Sébastien Chavanel a terminé, dimanche, dernier du classement général. Mais le cycliste, qui habite Montaud et court pour la Française des Jeux (FDJ), s’inquiète peu de ce rang. L’essentiel est ailleurs, il est même précisément dans les résultats de son équipe.

Car Sébastien Chavanel a l’esprit collectif. Son rôle d’équipier est important, il le sait, alors peu importe si la gloire retombe sur les voisins.

Quand un membre de l’équipe gagne, j’ai le sourire comme si c’était moi qui avait remporté l’étape", explique-t-il sans fausse modestie.


Le cyclisme, discipline d’abnégation ? "C’est vrai que c’est un sport ingrat", reconnaît-il. S'entraîner des heures des heures pour aider quelqu’un à gagner, demande une solidité que tout sportif ne peut pas revendiquer.

Tout dépend des tempéraments, certains ont besoin de lumière, moi au contraire, c’est un équilibre qui me convient".


Preuve en est, quand on lui demande comment il a vécu le Tour, il parle de l’équipe, explique l’importance de la persévérance et des émotions collectives. Évoque la difficulté à se remettre tous en selle après la lourde chute de William Bonnet lors de la troisième étape.

Il faut lui reposer la question pour qu’il exprime ce qu’il a ressenti personnellement, pendant sa troisième participation à la Grande Boucle. Sébastien Chavanel répond enfin: "C’est une grande satisfaction d’être revenu sur le Tour de France, j’y ai pris beaucoup de plaisir.".

Lanterne rouge, un titre "anecdotique"


Puis il revient sur le final de dimanche : "On a terminé en beauté, j’ai bien aidé Arnaud."Arnaud, c’est Arnaud Démare, le sprinteur de l’équipe, qui a fini 5ème sur les Champs-Elysées dimanche. C’est pour ce genre de résultat que le Montaudois travaille si dur.

Alors le titre de Lanterne rouge, il s’en moque un peu. "Aujourd’hui c’est anecdotique, ça ne veut pas dire grand-chose, à part que j’ai fini le Tour", balaie le coureur. Ce qui n’est pas un si mince exploit : à la fin des 3.360 kilomètres, près de 40 cyclistes sont restés sur le bord de la route.

A 34 ans, Sébastien Chavanel sait qu’il lui faudra bientôt faire place nette pour les jeunes. Tout de même, il voudrait bien participer à une dernière Grande Boucle.

Ce serait top de faire le Tour 2016, surtout s'il passe à Montpellier", admet-il.


En attendant, le coureur va déposer son vélo chez lui, à Montaud, pour une semaine de repos bien mérité. Avant de remonter en selle sur sa vie d’efforts, d’abnégation et d’émotions.