Les saisonniers qui font les vendanges ne trouvent pas d'hébergement entre Banyuls-sur-Mer et Collioure

Publié le
Écrit par Fabrice Dubault avec AFP

Des dizaines de vendangeurs étrangers, embauchés dans les vignes de Banyuls-sur-Mer, se trouvent sans logement ni emplacement de camping. Ils réclament un hébergement digne. Employeurs, municipalité et pouvoirs publics se renvoient la balle.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

La précocité des vendanges 2022 aggrave une situation déjà tendue en temps normal. Car les campings et les hébergements touristiques sont pris d'assaut, mi-août, sur cette partie du littoral des Pyrénées-Orientales, juste à la frontière espagnole. Et les quelques places restantes ne sont pas abordables pour le budget d'un saisonnier.

Alors, les vendangeurs qui viennent travailler en Roussillon sont souvent, au mieux mal logés au pire, ils se retrouvent à faire du camping sauvage, sans aucune commodités. Quelques fois même, en lisière des vignes où ils récoltent le raisin.

"On dort où l'on peut, même dans les voitures"

Sous un soleil de plomb, en sueur, les vendangeurs quittent les vignes après leur journée de travail, de 6h00 à 14h00, du fait de la canicule.

"Après huit heures de travail, je n'ai envie que d'une chose : prendre une douche et un peu d'ombre", confie José Rueda, un Barcelonais de 32 ans.
Depuis sept ans, comme des centaines de jeunes étrangers, il vient faire les vendanges pendant trois à quatre semaines dans les vignes du cru Banyuls-Collioure.

"On ne nous laisse plus entrer au camping municipal, car ils veulent un autre type de clients, peste-t-il. On campe là où on peut, on dort dans les voitures. On se débrouille comme on peut. Et la semaine prochaine, ça va être pire: une centaine de vendangeurs arrivent".

Des vendanges de plus en plus précoces

"Cette année, on a été surpris par la précocité, c'est du jamais vu. On a commencé à vendanger le 8 août, au moment où il y a le plus de tourisme, on avait commencé le 20 en 2021", témoigne Thierry Parcé, propriétaire du domaine Rectorie, dont les vignes surplombent la Méditerranée, sur les communes de Banyuls et Port-Vendres.

Les vignes de la Côte Vermeille étant en pente, les vendanges se font à la main dans ce vignoble. A la machine, c'est impossible.

"Les municipalités doivent faire un effort pour nous aider à trouver des solutions d'accueil décentes", estime Thierry Parcé.

Karine Tartas, responsable CGT de l'union départementale des Pyrénées-Orientales, demande que la mairie mette à disposition un terrain municipal avec eau et électricité, soulignant que les employeurs sont prêts à financer la location de sanitaires mobiles.

"Il faut un minimum de dignité", ajoute Luana Graziano, une Sicilienne de 23 ans qui fait sa troisième saison de vendanges.

A Banyuls-sur-Mer, le camping a accueilli plusieurs années les saisonniers, avec une participation financière des employeurs.
"Les loger au camping? Il est plein", plaide le maire Michel Solé, de toute façon réticent, en raison "des nuisances, des dégradations" lors du dernier séjour des vendangeurs.
"Il faudrait que les employeurs prennent leurs responsabilités", souligne l'élu, qui se dit "prêt à aider".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité