Cet article date de plus de 6 ans

Elne : le nouveau maire envoie les femmes célèbres aux oubliettes

La dénomination des rues fait polémique dans la petite ville d'Elne dans les Pyrénées-Orientales où le nouveau  maire a décidé de changer les noms de grandes résistantes et de femmes célèbres, prévus sur les rues d'un lotissement, pour les remplacer par le nom de pics montagneux des Pyrénées.
A Elne les montagnes sont plus célèbres que les femmes qui ont marqué l'histoire.
A Elne les montagnes sont plus célèbres que les femmes qui ont marqué l'histoire. © F3LR

Dans cette commune de 7.000 habitants, à une douzaine de kilomètres de Perpignan, l'ancien maire (2001-2014) Nicolas Garcia (PCF) et cinq autres conseillers d'opposition se disent bien décidés à "faire reculer" sur ce sujet la nouvelle municipalité.

Sur son blog, Nicolas Garcia fait valoir que le conseil municipal qu'il dirigeait avait pris, en février, une délibération attribuant aux rues d'un futur lotissement
les "noms de personnalités féminines ayant marqué l'histoire" par leur lutte contre le nazisme, le racisme, l'exclusion ou pour le droit des femmes. Et il reproche à la nouvelle équipe élue en mars d'avoir décidé, lundi, de "débaptiser" ces rues, pour leur donner des noms de "pics" pyrénéens tels que le Canigou.

durée de la vidéo: 01 min 26
Elne : les rues débaptisées




Changer une délibération

A la mairie, on assure que le nouveau maire, sans étiquette, Yves Barniol, répondra dans les prochains jours. "Mais ce n'est pas du tout une affaire politique", commente une élue de sa majorité, Nadine Julian, surprise. "Nous n'avons pas débaptisé des rues, puisque ce lotissement n'est pas sorti de terre, nous avons seulement changé une délibération prise juste avant les élections municipales.

Pour un éco-lotissement, on trouvait plus judicieux de donner des noms en rapport avec l'écologie", a-t-elle plaidé. Selon Mme Julian, les noms des femmes évoquées "seront éventuellement attribués aux rues d'un prochain lotissement d'Elne et cela avait été bien stipulé lors du conseil municipal".

Le mal est fait

Mais pour l'ancien maire PCF, le mal est fait. Il cite sur son blog un courrier que lui a envoyé le président du Mouvement ATD Quart Monde - France, Pierre-Yves Madignier, pour regretter que la "rue Geneviève de Gaulle-Anthonioz ait été débaptisée". Cette femme avait été une "grande résistante" avant de présider ATD Quart Monde et ses cendres doivent être transférées au Panthéon, le 27 mai, rappelle-t-il.

L'affaire a trouvé mardi un écho national quand deux parlementaires communistes, la députée Marie-George Buffet et la sénatrice Laurence Cohen, se sont déclarées "scandalisées" par la décision de la municipalité d'Elne. "De Olympe de Gouges à Geneviève de Gaulle-Anthonioz ou encore Rosa Parks, toutes ces femmes ont marqué l'histoire", ont-elles écrit dans un communiqué. "Décidément, les femmes doivent rester invisibles afin d'asseoir une société dominée par les inégalités, les injustices et les dominations", ont-elles lancé.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique société