A Perpignan, les musées ouvrent en attendant la décision du tribunal administratif

Par un arrêté municipal, le maire Louis Aliot a décidé d'ouvrir quatre musées de Perpignan. Face à cette entrave aux restrictions sanitaires, la préfecture des Pyrénées-Orientales a saisi la justice. En attendant la décision du tribunal administratif, les musées ont bien pu ouvrir ce mardi matin.

Une soixantaine de personnes a visité le musée Hyacinthe Rigaud ce mardi matin.
Une soixantaine de personnes a visité le musée Hyacinthe Rigaud ce mardi matin. © FTV / Alain Sabatier

Quatre musées de Perpignan ont pu rouvrir ce matin suite aux arrêtés municipaux pris hier par le maire Louis Aliot (Rassemblement National) .

Ce mardi matin, dès 11h, des visiteurs attendaient déjà depuis une trentaine de minutes devant le musée Hyacinthe Rigaud, et saluaient un "geste courageux" de la part de Louis Aliot.

Les visiteurs étaient nombreux ce mardi matin lors de la réouverture du musée Hyacinthe Rigaud à Perpignan.
Les visiteurs étaient nombreux ce mardi matin lors de la réouverture du musée Hyacinthe Rigaud à Perpignan. © FTV / Alain Sabatier

Le maire dit avoir pris cette décision en réaction à la prise de parole de la ministre de la Culture. Lundi 8 février, Roselyne Bachelot a annoncé que les musées et les monuments seraient les premiers à rouvrir dès qu'une "décrue" des contaminations au Covid-19 aurait lieu. Le maire n'a pas voulu attendre le calendrier du gouvernement. 

La ministre annonce un coin de ciel bleu, une ouverture. On va s'y engouffrer. 

Louis Aliot, maire de Perpignan (RN)

Sont concernés quatre musées gérés par la ville. Le musée Cara Pairal, le musée d'art Hyacinthe Rigaud, le muséum d'histoire naturelle et le musée des monnaies Joseph Puig. Lors de sa conférence de presse, le maire a également annoncé que ces musées seraient totalement gratuits pendant un mois. 

La préfecture dépose un recours en justice

Lundi soir, en réaction à ces annonces, le préfet des Pyrénées-Orientales a saisi le tribunal administratif de Montpellier d'une demande de suspension des arrêtés du maire. 

L'audience aura lieu lundi prochain. Mais pour Louis Aliot, sa décision n'est pas l'essentiel.

On verra bien... C'est un pari sur l'avenir. En période de vacances scolaires, c'était urgent de le faire maintenant. Il fallait montrer un petit signe d'espoir, une avancée.

Louis Aliot, maire (RN) de Perpignan

"Le maire des coups de com"

Ce n'est pas la première fois que Louis Aliot se retrouve devant le tribunal administratif. En octobre 2020, il avait signé des arrêtés municipaux permettant l'ouverture des commerces dits "non-essentiels". La préfecture avait alors contesté la légalité devant le tribunal administratif de Montpellier, qui les avait suspendus

M. Aliot n'est ni le maire des Perpignanais, ni le maire de la culture. Il est le maire des coups de comm'

Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental des Pyrénées-Orientales (PS)

Hermeline Malherbe, présidente du conseil départemental des Pyrénées-Orientales, regrette le comportement de Louis Aliot. "Quand on veut vraiment soutenir la culture et sortir de l'épidémie, on respecte la loi, surtout en tant qu'élu !", s'exclame-t-elle. "C'est un peu facile de faire ce genre de coup de force. Pendant ce temps-là, nous menons un travail de fond avec tous les acteurs de la culture pour pouvoir rouvrir dans de bonnes conditions, quand la situation sanitaire le permettra. Mais nous sommes déjà prêts !

"Les musées sont le premier pas, le reste suivra"

Le maire dit répondre aux "demandes récurrentes des habitants qui ne comprennent pas pourquoi les lieux culturels restent fermés". "Comment peut-on fréquenter avec autant de personnes des lieux commerciaux, et pas des lieux culturels comme le musée Rigaud ?" s'interroge Louis Aliot, en promettant un respect strict des mesures sanitaires lors de l'ouverture, notamment une jauge fixée à 110 personnes dans le musée Hyacinthe Rigaud, au lieu de 400 en temps normal. 

"Nous voulons ensuite dérouler notre politique culturelle. Les musées sont le premier pas, le reste suivra." Le maire évoque d'autres lieux culturels accueillant du public à Perpignan, comme la Casa musicale. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture loisirs sorties et loisirs politique justice société covid-19