Perpignan : le maire Louis Aliot annonce la réouverture des musées municipaux

Passage en force pour le maire Rassemblement National de Perpignan Louis Aliot. Il annonce la réouverture des 4 musées municipaux dès ce mardi, en ignorant le calendrier du gouvernement. La préfecture des Pyrénées-Orientales annonce qu'elle va déposer un recours devant le tribunal administratif.

C'est lors d'une conférence de presse improvisée au musée d'Art Hyacinthe Rigaud que Louis Aliot, le maire Rassemblement National de Perpignan a annoncé la réouverture dès ce mardi 9 février des quatre musées gérés par la ville.
Le musée Cara Pairal (histoire et ethnographie locale), le musée d'art Hyacinthe Rigaud, le muséum d'histoire naturelle et le musée des monnaies Joseph Puig seront totalement gratuits pendant un mois a aussi annoncé le maire.

La culture est essentielle à la vie des Perpignanais comme de tous les Français, il est grand temps de rouvrir les lieux culturels, certains le disent, nous le faisons. On expérimente la réouverture des lieux culturels sur nos musées.

Louis Aliot, maire RN de Perpignan

Le maire réagissait ainsi aux annonces de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui a réuni en visioconférence ce matin du 8 février différents responsables de musées et de monuments. Auxquels elle a assuré que "musées et monuments seraient les premiers convoqués à la réouverture,(...) quand nous aurons une décrue". Pas assez rapide, ni assez précis pour le maire de Perpignan, qui a donc décidé de prendre les devants en signant quatre arrêtés municipaux pour permettre la réouverture des quatre établissements.

Je dis à Madame Bachelot : banco, on est prêt ! On y va, sinon, on ne le fera jamais !

Louis Aliot, maire RN de Perpignan

La municipalité assure que les musées respecteront "un protocole sanitaire très stricte", prévoyant notamment 10m² par visiteur, des sens de circulation et la mise à disposition de gel hydroalcoolique. Tout en minimisant le danger que pourrait représenter la réouverture de ces lieux pour la circulation du virus.
Mais ces 4 arrêtés muncipaux ne devraient pas passer le contrôle de légalité de la préfecture des Pyrénées-Orientales, qui a annoncé le soir -même qu'elle déposerait un recours.

Retour au Tribunal administratif

On se souvient en effet qu'en octobre dernier, au début du second confinement, le maire de Perpignan avait déjà tenté le passage en force en signant des arrêtés municipaux permettant l'ouverture des commerces dits "non-essentiels". La préfecture avait alors contesté la légalité de cet arrêté devant le tribunal administratif de Montpellier. Ce dernier avait donné raison à l'Etat et suspendu les arrêtés

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musée culture covid-19 santé société confinement politique rassemblement national