Argelès-sur-Mer : la mairie appelle ses habitants à faire preuve de solidarité en donnant une Heure civique

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver

La mairie d’Argelès-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales lance un vaste appel à la solidarité avec son “Heure civique”. Un dispositif qui fait appel à des dons d'heure de temps libre et de coups de main.

Vous avez un petit talent de bricoleur ? Un goût particulier pour la lecture ou la cuisine ? Les formalités administratives n’ont plus de secret pour vous ?

Vous pouvez alors devenir un voisin civique. Le dispositif  “Heure civique” s’adresse à chaque habitant de la commune catalane et propose une centaine de petites actions, de gestes du quotidien pour aider son prochain. Lancée mardi 5 janvier, la plateforme compte déjà une trentaine de bénévoles. 

Comment fonctionne “l’Heure civique” ?

Chaque volontaire inscrit son nom et son adresse sur la plateforme.Il sera ensuite contacté par la mairie, en fonction des besoins des autres Argelésiens. 

“Nous pouvons tous devenir acteur de la solidarité. Malheureusement, les institutions comme les communes ne peuvent pas apporter toutes les solutions par manque de moyens. Mais la solidarité concerne tout le monde, elle est naturelle au niveau familial, alors pourquoi ne pas l’élargir à notre quartier ?” interroge Andréa Diaz Gonzalez, l’élue en charge des solidarités et à la transition, de la mairie d’Argelès-sur-Mer. C’est elle qui est à l’origine du projet dans sa commune. 

Qui peut y participer ?

Chacun peut se porter volontaire dès lors qu’il vit à Argelès-sur-Mer. L’Heure civique est une proposition mais le bénévole peut donner plus ou moins de son temps, et même proposer ses propres projets solidaires.

Pour ceux qui souhaitent bénéficier du dispositif, il suffit de se rapprocher de la mairie.

Comment est-elle née ? 

L’idée a germé au printemps dernier, face à la vague de solidarité qui s’est installée pendant le confinement. 

Atanase Périfan, l'initiateur de la Fête des voisins, souhaitait voir se poursuivre cette solidarité,. Il a alors l'idée de  “l’Heure civique”. 

C’est surtout un prétexte pour créer du lien social car je crains que ce lien s'abîme avec les confinements successifs. Là on met en place une stratégie pour développer la solidarité entre les individus.

 Atanase Périfan, instigateur de L'Heure civique

La commune d’Argelès-sur-Mer se porte alors volontaire, elle devient l’une des villes fondatrices avec Amiens, Vitré et le 17e arrondissement de Paris. 

La commune compte aujourd’hui 10 652 habitants. “Si on pouvait obtenir 10 000 bénévoles ce serait vraiment merveilleux", confie André Diaz Gonzalez, remplie d’espoir.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité