Arrestations en Espagne et à Perpignan d'un réseau de trafiquants de voitures de luxe

L'opération côté espagnol à Tarragonne le 28 janvier 2015 / © Àngel Juanpere Diari de Tarragona
L'opération côté espagnol à Tarragonne le 28 janvier 2015 / © Àngel Juanpere Diari de Tarragona

Un réseau d'escroquerie à la TVA sur la vente de voitures au sein de l'Union européenne, portant sur 20 millions d'euros, a été démantelé avec l'arrestation d'une vingtaine de personnes en Espagne et à Perpignan.

Par Avec AFP

Un réseau d'escroquerie à la TVA sur la vente de voitures au sein de l'Union européenne, portant sur 20 millions d'euros, a été démantelé avec l'arrestation mercredi d'au moins vingt personnes en Espagne et en France, selon des sources policières et judiciaires des deux pays.

Ce coup de filet a été opéré conjointement par la garde civile espagnole, la police de Catalogne, la police judiciaire de Toulouse et les douanes judiciaires de Lyon, dans le cadre de deux procédures judiciaires distinctes en France et en Espagne.

Selon une source judiciaire à Lyon, où une information avait été ouverte en mars 2013 à la Juridiction interrégionale spécialisée, chargée des dossiers de criminalité organisée, 29 personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, après de précédentes mises en examen.

Selon la police de Catalogne, qui a fait état de 20 arrestations dans la matinée, 35 personnes étaient recherchées, dont le responsable présumé du réseau, à Tarragone, Alicante, Malaga, Madrid, Barcelone et Perpignan. Des perquisitions étaient prévues dans 16 endroits différents.

Les investigations ont démarré en France avant de s'étendre à l'étranger où prospérait cette entreprise de fraude et de blanchiment d'argent, via "un mécanisme classique d'achat et de revente des véhicules par un circuit fictif de commercialisation et de facturation", a précisé la source lyonnaise.

Selon un communiqué de la police catalane, "les voitures étaient achetées en Allemagne et revendues avec de fausses factures en Espagne, en Slovénie, en Roumanie ou en Bulgarie, même si leur destination finale était la France ou l'Italie". Cette technique de fraude à la TVA, dite "du carrousel", a porté sur "20 millions d'euros", d'après la même source.

Sur le même sujet

Les + Lus