Banyuls-sur-Mer : comment l'aquarium et sa biodiversité ont résisté au Coronavirus

Pour sa première journée de déconfinement, 150 personnes se sont rendues au biodiversarium de Banyuls-sur-mer, dans les Pyrénées-orientales. L'intérêt du public pour l'environnement ne faiblit pas. Envers du décor : un quart de la recette a été perdu pendant les 3 mois de fermeture.
Les premiers visiteurs reviennent observer les poissons du biodiversarium de Banyuls-sur-mer.
Les premiers visiteurs reviennent observer les poissons du biodiversarium de Banyuls-sur-mer. © Le biodiversarium de Banyuls-sur mer

Est-ce l’effet du déconfinement ? Sans nul doute, mais la météo aussi a été très favorable pour l’établissement.

Du vent, des nuages, un ciel menaçant , rien de mieux pour attirer le public qui boude dans ce cas la plage. Résultat : Le biodiversarium de Banyuls-sur-Mer voit revenir ses visiteurs en grand nombre . "150 entrées pour le jour de réouverture, c’est formidable! On ne s’y attendait pas. En juin 2019, nous avions eu 140 entrées. Les gens nous demandaient quand cela allait rouvrir" nous explique Cécile Bataille, chargée de communication.

Capacité restreinte, mieux vaut réserver

A l’intérieur, gestes barrière et gel hydroalcoolique attendent le visiteur. Le masque n’est pas obligatoire mais la capacité d’accueil est réduite à 50 personnes simultanément et un circuit de circulation est imposé. Au plus fort de la saison estivale, près de 300 personnes viennent découvrir une partie de l’environnement du parc naturel marin du Golfe du Lion. Ce sont 4000 kilimètres carré d’espace maritime depuis Leucate (Aude) jusqu''à la Costa brava (Espagne).

Changement de comportement

Confinés dans leur grand bassin, les poissons et autres espèces marines du biodiversarium n’ont pas vraiment souffert de la crise sanitaire. Au contraire! Leur comportement s’est légèrement modifié. Les visiteurs étant confinés chez eux, les poissons n’étaient pas sollicités par les flashs photos ou dérangés par les cognements  contre la  vitre. Le Labre, une espèce très sensible et curieuse, a du coup cessé de faire ses allers-retours permanents. Il évoluait de façon plus naturelle comme s'il avait retrouvé une forme de liberté dans cet espace limité.

On a assisté à de belles parades nuptiales.

- Pascal Romans, Conservateur du biodiversarium

Les méduses et autres espèces marines s'en sont donné à coeur joie pendant les trois mois de confinement.
Les méduses et autres espèces marines s'en sont donné à coeur joie pendant les trois mois de confinement. © Le biodiversarium

Le public a soif de connaissances

Que ce soit dans la nature ou bien dans un site artificiel, comme un aquarium, les trois mois de confinement ont permis à l'espèce animale de souffler et de retrouver, en quelque sorte, ses droits. Et "le public a été très sensible à ce phénomène" selon Pascal Romans le conservateur du biodiversarium. "Il prend de plus en plus conscience de l'impact de l'Homme sur l'environnement". Le visiteur cherche donc à comprendre pourquoi et comment. Il est en quête d'explications sur tous les écosystèmes qui l'entourent . "Et notre rôle est d'apporter, face à cette soif de connaissances, quelques clefs de compréhension." 

 

A 20 minutes de Perpignan, sur la côte Vermeille, entre vignobles et Méditerranée, le nouveau visage du biodiversarium a pris place.

Côte rocheuse ou sablonneuse, fonds de vase et herbacées, épaves, autant d’habitats et de biotopes reconstitués dans les grands bassins du biodiversarium, que le public peut découvrir.

Devenu vieillissant, l'aquarium a fait peau neuve. En 2017, il est totalement repensé et conçu en lien étroit avec les chercheurs de l'Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer.  C'est la philosophie du lieu qui a été changée. Après deux ans de chantier et 10 millions d'investissement Vincent Laudet, ancien directeur de l'aquarium à l'initiative de sa rénovation, nous l'explique.

Des embauches saisonnières incertaines

Plus que jamais les 11 salariés de l’établissement sont prêts à accueillir le public. Mais sera-t-il au rendez vous cet été? En Juillet et Août en moyenne ce sont 250 à 300 visiteurs. "Vue l’incertitude qui pèse, on a décidé de réduire la voilure» confie Cécile Bataille. Les 3 mois d’arrêt représentent un quart de la recette annuelle du biodiversarium. Le renfort habituel de 2 emplois à temps plein pour la saison risque de se résumer à 2 mi-temps. Les projets d’investissement en matière de signalétique, d’aménagement du biodiversarium ou encore de communication sont remis à plus tard. 

Sur la côte Vermeille, dans les Pyrénées-orientales, le biodiversarium de Banyuls-sur-Mer fait face au Parc Naturel Marin, un espace maritime riche en faune et flore . Une destination très prisée par les plongeurs, les randonneurs locaux et les promeneurs.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement environnement méditerranée mer nature société