Covid et confinement : Louis Aliot signe un arrêté d'ouverture des commerces non-alimentaires à Perpignan

Ce vendredi 30 octobre, le maire de Perpignan, Louis Aliot, a tenu une conférence de presse au lendemain de la mise en place du reconfinement. Il a pris un arrêté permettant l'ouverture des commerces non-alimentaires dans le centre-ville. Il prendra effet mardi 3 novembre. 

Louis Aliot, maire de Perpignan - archives
Louis Aliot, maire de Perpignan - archives © France 3 Occitanie
"Je viens de signer un arrêté d'ouverture des commerces non-alimentaires du centre ville et ce, jusqu'à ce que le gouvernement revienne de façon juste et proportionnée sur l'inégalité de traitement qu'il a créé entre les petits commerces d'un côté, les plateformes de vente en ligne de l'autre, et les grandes surfaces" a déclaré Louis Aliot ce vendredi 30 octobre. 

Le Maire de Perpignan a tenu une conférence de presse dans laquelle il a dénoncé "l'impréparation" du gouvernement à la deuxième vague.
 

Ce confinement est en réalité incohérent. Pour la ville de Perpignan et pour les commerçants, dont la santé économique est plus que dégradée, ce reconfinement est un nouveau coup dur qui pourrait s'avérer fatal pour beaucoup d'entre eux.

Louis Aliot, maire de Perpignan

L'arrêté prendra effet mardi prochain, le 3 novembre 2020. Louis Aliot appelle à la responsabilité du Premier ministre : "D'ici là, il appartient à Monsieur le Premier ministre Castex de trouver une solution".

Le maire de Perpignan a justifié cet arrêté : "Il est absolument anormal qu'on puisse aller acheter des vêtements en grande surface et qu'on ne puisse pas les acheter au centre ville de Perpignan surtout lorsque l'on sait le sérieux avec lequel les commerçants, les artisans ont jusqu'à présent géré le déconfinement et l'évolution de l'épidémie."

Le Préfet des Pyrénées-Orientales n'a pas encore réagi à l'annonce de cet arrêté.
 

20 000 masques pour enfants

Louis Aliot a également profité de cette conférence de presse pour faire le point sur ce qui va être mis en place à Perpignan pendant le confinement : un numéro gratuit pour parler à une cellule d'information et des brigades de nuit pour la sécurité des commerces et des zones commerciales qui seront présentes dès lundi.

Par ailleurs, 20 000 masques pour enfants, soit 2 par enfant, seront distribués lundi dans les écoles primaires publiques et privées. 

D'autres villes comme Brive (Corrèze), Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ou Aubusson (Creuse), ont pris vendredi des arrêtés autorisant l'ouverture des commerces non alimentaires de leur ville, en contradiction avec les mesures gouvernementales de confinement.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
louis aliot politique coronavirus/covid-19 santé société