Drame de Millas : la Région Occitanie et la SNCF annoncent la réouverture de la ligne ferroviaire pour le 21 mai

Plus de deux ans après la collision entre un car scolaire et un TER qui avait coûté la vie à six collégiens, la ligne SNCF entre Perpignan et Ille-sur-Têt dans les Pyrénées-Orientales va rouvrir à la circulation des trains commerciaux. Ce sera le 21 mai prochain. 
 

Le passage à niveau, lieu de l'accident entre un bus scolaire et un train, à Millas, dans les Pyrénées-Orientales. - décembre 2018
Le passage à niveau, lieu de l'accident entre un bus scolaire et un train, à Millas, dans les Pyrénées-Orientales. - décembre 2018 © F3 Pays catalan
La réouverture commerciale de la ligne ferroviaire est désormais datée. Les premiers Trains Express Régionaux Occitanie circuleront à nouveau sur cette voie reliant Perpignan à Ille-sur-Têt à partir du 21 mai prochain.
La Région Occitanie a choisi de redémarrer un week-end, en l’occurrence celui de l’Ascension qui offre un pont de 4 jours sans école. Pour commencer, 6 allers-retour seront programmés avant de monter à 8 dès le lundi 25 mai. L’offre sera équivalente à celle d’avant. Seule la partie Perpignan/Ille-sur-Têt sera effectuée en train, les autocars assureront la jonction Ille-sur-Têt/Villefranche-de-Conflent.
 
En octobre dernier, les juges marseillais en charge du dossier avaient décidé de donner l'autorisation à la SNCF de rouvrir la ligne ferroviaire et le passage à niveau à la circulation. Dans la foulée la présidente PS de Région Occitanie Carole Delga avait demandé à la SNCF de "désormais assurer la remise en état rapide de cette ligne prioritaire».
 
Cette décision a permis de lancer les travaux nécessaires à la reprise des circulations ferroviaires, précise SNCF Réseau dans un communiqué :

* opérations de maintenance sur la ligne non circulée pendant plus de deux ans;
* travaux de remise en état des installations du passage à niveau endommagées lors de l'accident.
 

Les familles des victimes associées à la décision


Les familles des victimes  de ce terrible drame, survenu le 14 décembre 2017 et qui a fait 6 morts, ont été associées aux discussions préparatoires entre les élus, la SNCF et l’Education nationale. Avec notamment au centre des discussions, assurer un maximum de sécurité notamment sur le lieu du drame : le carrefour du passage à niveau 25 a été modifié , la signalétique a été réaménagée à hauteur des barrières, les horaires de desserte décalés et des radars pédagogiques de limitation de vitesse installés. Dès lundi 11 mai, premier jour de déconfinement normalement dans ce département des Pyrénées-Orientales face à la pandémie du coronavirus, les conducteurs de train circuleront sur la ligne sans passager afin de s’entrainer.

Les horaires de desserte, vus en concertation avec les associations des familles de victimes de l’accident de Millas et l’association de parents d’élèves du collège Christian Bourquin, ne seront plus concomitants avec ceux de transports en car des élèves.

Pour les parents d'élèves, il fallait qu'il n'y ait plus de risque de croisement. Même si le risque zéro n'existe pas en cas de retard du TER par exemple...,
explique la Région.

"Evidemment il y a toujours un ressenti douloureux compréhensible dans la tête des parents de victimes, conçoit Jean-Luc Gibelin, vice-président aux transports pour la Région Occitanie. Mais la circulation fait partie de la vie du secteur aussi et du paysage, pas seulement le paysage économique. C'est important que le train circule à nouveau."

Les horaires de reprises de la desserte TER entre Perpignan-Ille sur Têt à compter du 21 mai 2020, suite à réunion de concertation de mars 2020 avec parents d'élèves du collège Christian-Bourquin de Millas (Pyrénées-Orientales).
Les horaires de reprises de la desserte TER entre Perpignan-Ille sur Têt à compter du 21 mai 2020, suite à réunion de concertation de mars 2020 avec parents d'élèves du collège Christian-Bourquin de Millas (Pyrénées-Orientales). © SNCF Occitanie
 

Pour les usagers, "Mieux vaut tard que jamais"


Pour Enric Balaguer, président de l’association «Train en Têt» :

Mieux vaut tard que jamais. Compte tenu des préconisations sanitaires actuelles, les mesures barrières seront plus faciles à respecter dans les trains que dans les bus. Je pense cependant que la ligne aurait pu rouvrir bien plus tôt. C’est sans doute unique en France une durée d’interruption aussi longue. Mais je comprends, il fallait aussi tenir compte du traumatisme subi par les familles de victimes.
 

Quid de la reprise de trafic jusqu'à Villefranche-de-Conflent ?


Si le tronçon Perpignan – Ille-sur-Têt rouvre, on attend toujours la réouverture jusqu’à Prades, puis Villefranche-de-Conflent. Actuellement, les usagers sont obligés de prendre l'autocar SNCF en raison d’un éboulement de terrain à hauteur de Ria lors de la tempête Gloria de janvier dernier.
 
Fin mai, les expertises réalisées et le travail de modélisation devraient permettre de définir les travaux à réaliser et leur durée : "la problématique que nous avons, explique Jean-Luc Gibelin, c'est que l'alimentation électrique de la ligne est commune entre Ille-sur-Têt et Villefranche. Donc l'interruption de la desserte est liée sur ces deux secteurs. Mais si les travaux devaient être trés longs, nous repenserions si besoin la possibilité de séparer l'alimentation des deux secteurs et permettre ainsi la remise en circulation sur le secteur entre Ille-sur-Têt et Prades."


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident bus millas faits divers accident transports économie transports en commun pays catalan sncf ter trains régionaux
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter