ENTRETIEN. Emploi saisonnier : salaire, logement, "on veut faire sauter les verrous pour proposer de vraies solutions"

Publié le

Dans un département qui emploie près de 35 000 saisonniers par an, les besoins pour le tourisme sont énormes. Et les candidats de plus en plus rares. Alors que les vacances approchent, syndicats, patrons et préfecture travaillent main dans la main pour lancer des expérimentations sur le logement, le salaire et le CDI saisonnier.

Mer, montagne, tourisme vert, agriculture… Les Pyrénées-Orientales sont riches en atouts mais pauvres… en saisonniers ! Pourtant, les besoins dans ce secteur sont quasi-constants. Mais se heurtent au manque de candidats et aux problèmes récurrents : manque d’hébergements pour les accueillir, pénibilité, horaires, formations inadaptées… Comment y remédier ?

France 3 Occitanie a posé trois questions à Jérôme Capdevielle, secrétaire départemental du syndicat Force Ouvrière, qui milite pour de nouveaux dispositifs.

France 3 : pourquoi y a-t-il urgence à traiter le dossier des saisonniers ?

C’est un sujet hyper complexe. La problématique des saisonniers, c’est comme tirer les fils d’une pelote qui n’en finit jamais ! Le tourisme propose pourtant beaucoup d'offres d'emplois (plus de 17 000 sur le site monemploitourisme.fr). Dans les PO, on veut donner le signal aux salariés intéressés qu’on se bouge. Nous avançons à pas de géant sur des volets expérimentaux.

France 3 : Le problème n°1, c’est le logement. Quelles sont vos pistes ?

Aujourd’hui, les hébergements sont avant tout loués aux touristes. Et certains saisonniers sont obligés de faire des kilomètres pour pouvoir se loger, quand ils ne dorment pas dans leur voiture !

Il faut donc rapprocher le lieu de résidence des saisonniers de leur boulot. On veut mettre en place des hébergements modulaires type containers, mobil-homes… Il y a plusieurs avantages : zéro artificialisation des sols, on peut les installer selon les besoins et les lieux et la mise en œuvre peut être rapide. Une première expérimentation pourrait avoir lieu dès cet été à Torreilles.

Ces espaces modulaires pourraient aussi proposer un bureau d’accueil avec des infos et des services pour les saisonniers.

 

France 3 : Comment mieux sécuriser ces emplois ?  

Moi j’aimerais qu’on arrive à monter une agence départementale du travail saisonnier.

Il faut créer une "pieuvre" entre les saisonniers et les employeurs, un pivot entre les différents acteurs.

Jérôme Capdevielle, secrétaire général FO 66

Elle serait gérée de façon paritaire (Etat, employeurs, syndicats). Ce serait un petit couteau suisse pour muscler le dispositif. Idéalement, une sorte de groupement d’employeurs qui proposerait offres d’emploi, formations, logements, informations sur le droit du travail… Je milite aussi pour un CDI saisonnier. On peut vivre toute l’année de métiers de saisons. Il faut professionnaliser et créer de véritables filières.

Pour tout cela, il faut faire sauter des verrous et aller chercher des accords dans les ministères.

Avec le préfet, nous essayons de faire bouger les lignes. Localement, on espère signer une convention entre toutes les parties fin mai. Pour concrétiser l’engagement de tous !

Emplois saisonniers : un nouvel été de galère en Occitanie ?

Ce sera le thème de "Dimanche en politique" enregistré dans un camping des criques de Porteils, dans les Pyrénées-Orientales.

Nos invités : 

  • Brice Sannac, Président de l’UMIH 66, (Union des Métiers et de l'Industrie de l'Hôtellerie) 

  • Jérôme Capdevielle, Secrétaire général FO des Pyrénées-Orientales

  • Laurent Raspaud, directeur de camping

  • Nicolas Peypoch, spécialiste de l'économie du tourisme et enseignant-chercheur à l’Université de Perpignan

Une émission à voir sur France 3 Occitanie, dimanche 16 avril à 11h30.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité