Faux tableaux : malaise au Musée Rigaud de Perpignan

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olivier Le Creurer
Après l’affaire des faux Terrus du musée d’Elne, c’est maintenant sur le musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan que les doutes se portent. Deux tableaux d’Augustin Hanicotte affichés sur Internet pour promouvoir une exposition font polémique. Eux aussi seraient faux.
Après l’affaire des faux Terrus du musée d’Elne, c’est maintenant sur le musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan que les doutes se portent. Deux tableaux d’Augustin Hanicotte affichés sur Internet pour promouvoir une exposition font polémique. Eux aussi seraient faux. © DR

Après l’affaire des faux Terrus du musée d’Elne, c’est maintenant sur le musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan que les doutes se portent. Deux tableaux d’Augustin Hanicotte affichés sur Internet pour promouvoir une exposition font polémique. Eux aussi seraient faux. 

Fortes présomptions


Deux tableaux d'Augustin Hanicotte, grand peintre fauviste, pour annoncer l'exposition "côte vermeille" qui doit débuter dans deux semaines au musée Rigaud. Jusque là rien d'original et c'est justement bien ça le problème. De fortes présomptions de faux pèsent sur les deux tableaux prêtés au musée par un collectionneur privé. "Il y  a une lourdeur qui ne fait pas partie du style, de la technique d'Augustin Hanicotte", explique Eric Forcada, commissaire d’exposition et historien d’art indépendant. 

Il y  a une lourdeur qui ne fait pas partie du style, de la technique d'Augustin Hanicotte

Aujourd'hui, sur le site du musée et celui de la ville, plus aucune trace des tableaux d'Hanicotte pour annoncer l'exposition. Ni l'un ni l'autre n'ont souhaité répondre à nos questions. Autre indice du malaise : le musée va lancer une commission d'expertise de toutes ses oeuvres, sous le contrôle de la DRAC.

Une poignée d'individus gangrènent le marché


En attendant, selon un antiquaire installé à Collioure, Robin Dominois, ce nouvel épisode qui touche le monde de l'art dans les Pyrénées-orientales, est tout sauf anecdotique. "Nous avons affaire à un réseau structuré, très restreint de quelques personnes. L'énorme majorité des brocanteurs-antiquaires sont honnêtes, qui ne sont pas impliqués dans un trafic.  Une poignée d'individus gangrènent le marché". 


Alors que le travail d'enquête se poursuit, d'autres faux pourraient être révélés, dans les tous prochains jours...
 

durée de la vidéo: 01 min 45
Affaire faux tableaux : le musée Rigaud de Perpignan ne serait pas épargné


 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.