Incendie mortel à Perpignan : l'ex conjoint de la victime est placé en détention provisoire

Un quinquagénaire vient d'être mis en examen pour "dégradation par incendie ayant entrainé la mort" et placé en détention provisoire après le décès de son ex-conjointe. La femme de 55 ans gravement brûlée a péri dans l'incendie de son appartement à Perpignan, dans la nuit du 20 au 21 mars.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire.
L'enquête a été confiée à la police judiciaire. © Nicolas Esturgie / France Télévisions.

L'homme de 54 ans, suspecté d'être à l'origine de l'incendie qui a causé la mort de son ex compagne, avait été aperçu alors qu'il quittait les lieux précipitamment après le départ du sinistre. Il a été mis en examen pour "dégradation par incendie ayant entrainé la mort" et placé en détention provisoire. La thèse du féminicide serait privilégiée.

Connu des services de police, notamment pour des faits de violences conjugales, l'ex-conjoint avait été interpellé dimanche après-midi par la police municipale de Perpignan à proximité de l'appartement incendié dans le quatier du Moulin à vent.

Les pompiers sont intervenus dans la nuit de samedi à dimanche dans cet immeuble du quartier du Moulin-à-Vent à Perpignan.
Les pompiers sont intervenus dans la nuit de samedi à dimanche dans cet immeuble du quartier du Moulin-à-Vent à Perpignan. © Nicolas Esturgie / France Télévisions.

La victime est décédée à l'hôpital

Gravement brûlée et intoxiquée dans l'incendie de son logement dans la nuit de samedi à dimanche, la victime âgée de 55 ans est morte après son transfert à l'hôpital.

Au total, 5 personnes ont été évacuées de cet immeuble de trois étages par les pompiers. "On a senti de la fumée avec mon conjoint : il est allé ouvrir la fenêtre et il s'est pris un retour de flamme", explique Tiphaine Guillemard, une habitante.

Je lui ai dit : "Vite, on s'en va" et en ouvrant la porte d'entrée, on s'est pris un retour de fumée et on est resté coincé en haut.

Le couple a appelé les pompiers et a attendu leur intervention pendant 20 minutes, couché au sol, avec des masques chirurgicaux sur le nez.

En 2020, 90 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en France, un chiffre au plus bas depuis la mise en place de statistiques il y a 15 ans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers police société sécurité violence justice féminicide femmes