Les indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone pour la “Diada”

 La diada de Catalogne le 11 septembre 2014 / © MAXPPP
La diada de Catalogne le 11 septembre 2014 / © MAXPPP

Des centaines de milliers d'indépendantistes catalans sont attendus, ce vendredi après-midi, à Barcelone, pour soutenir les listes prônant la sécession avec Madrid, aux régionales du 27 septembre. Une journée nationale de la Catalogne sous haute tension.

Par FD avec afp


"In... inde... independència!", ont crié en catalan, dès jeudi soir à Barcelone, des milliers d'hommes et de femmes de tous âges, parmi les 485.000 Catalans inscrits pour tenir une place dans la manifestation.

"C'est la campagne de notre vie, le vote de notre vie", a insisté la tête de liste de "Junts pel si" (Ensemble pour le oui), l'ancien député européen écolo-communiste Raul Romeva, lors d'un meeting dans une université barcelonaise.
Une interminable chaîne humaine envahira donc en fin d'après-midi une artère du nord de Barcelone, pour la "Diada", la "journée nationale de la Catalogne", qui avait déjà rassemblé plus d'un million de personnes en 2012 selon la police.

Cette année, la manifestation sera entièrement politisée et sécessionniste

Elle doit exprimer "la volonté sans équivoque d'obtenir un parlement catalan de majorité indépendantiste", résume Jordi Sanchez, président de l'une des associations citoyennes qui l'organisent, l'Assemblée nationale catalane (ANC).

Le président du gouvernement de la Catalogne, l'indépendantiste Artur Mas (conservateur), a solennellement appelé jeudi soir les 5,5 millions d'électeurs catalans à décider le 27 septembre de "l'avenir politique" de leur "nation", en reprochant à Madrid d'avoir "ignoré" la "clameur pacifique" pour le droit à l'autodétermination de la région.

Notre force est dans les urnes, elle n'est pas ailleurs", a-t-il ensuite lancé en meeting, devant la foule des séparatistes convaincus.


Pour la première fois, Mas et ses colistiers forment une large coalition indépendantiste, alliant son parti de centre droit et des formations de gauche.
Ils présentent ce scrutin comme un plébiscite, pour ou contre leur projet de conduire la Catalogne vers la sécession, en 18 mois.
Depuis 2012, la région n'a eu de cesse de réclamer un référendum, sur le modèle des consultations sur la souveraineté du Québec (1980, 1995) et de l'Ecosse (2014) qui se soldèrent d'ailleurs par la victoires du "non".

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy (conservateur), a maintes fois répondu qu'il n'accepterait jamais un tel référendum régional, faisant valoir qu'il revient aux Espagnols, tous ensemble, de se prononcer sur l'unité du pays.

Après l'avoir ignoré ou minimisé, le Parti populaire (PP) qu'il dirige prend très au sérieux ce scrutin catalan qu'il juge "historique".
La Catalogne n'a pas reçu, depuis longtemps, autant de visites de ministres et de responsables politiques, portant la bonne parole dans cette région représentant 19% du PIB de l'Espagne et responsable de 25% des exportations, au coeur de la Méditerranée.

Le fédéralisme pour sauver l'unité de l'Espagne ?

Jeudi, à Barcelone, le ministre des Affaires étrangères Jose Manuel Garcia Margallo a surpris en ouvrant la porte à une réforme constitutionnelle donnant davantage d'autonomie à la Catalogne, notamment fiscale.
Artur Mas a en tout cas déjà gagné en mettant la Catalogne au centre des débats, à trois mois des élections législatives de décembre.
Le chef de l'opposition socialiste Pedro Sanchez s'y est d'ailleurs lui aussi déplacé, jeudi. Il se prononce régulièrement en faveur du "fédéralisme" en Espagne, assurant que sa formation serait la seule capable de rassembler les Espagnols.

Selon trois sondages récents, les deux listes indépendantistes - celle de "Junts pel si" et celle la CUP (extrême-gauche) - obtiendraient une majorité absolue en sièges au parlement catalan (68 à 74), sans pour autant réunir la moitié des voix (44 à 46%).
Or Artur Mas estime que 68 sièges suffisent pour lancer le processus devant aboutir à une déclaration unilatérale d'indépendance d'ici 2017.

La Catalogne a accumulé les rancoeurs depuis 2008, sur fond de crise économique et de politique d'austérité.
Elle n'a pas accepté qu'en 2010, le Tribunal constitutionnel rabote la large autonomie que lui avait accordée le parlement espagnol quatre ans auparavant, ni digéré que M. Rajoy refuse, en 2012, de négocier avec elle une autonomie fiscale.

La "Diada" commencera symboliquement à 17h14 (15h14 GMT), en référence au 11 septembre 1714

Les nationalistes commémorant ainsi une défaite: la prise de Barcelone par les troupes franco-espagnoles du roi Philippe V.
Mais bon nombre des habitants observeront avec inquiétude cette mobilisation, eux qui se sentent Espagnols et Catalans et refusent que le pays soit un jour amputé de leur région, triangle de 32.000 km2 aux 7,5 millions d'habitants.

Artur Mas appelle les électeurs catalans à décider de l'avenir de leur "nation"

Le président du gouvernement catalan, l'indépendantiste Artur Mas, a solennellement appelé jeudi les 5,5 millions d'électeurs catalans à décider aux élections régionales du 27 septembre de "l'avenir politique" de leur "nation", reprochant à Madrid d"ignorer" la "clameur pacifique" en faveur de l'autodétermination de la région.
Alors que le gouvernement espagnol refuse depuis 2012 qu'un référendum d'autodétermination puisse avoir lieu en Catalogne.

Artur Mas a lancé : "aucun représentant institutionnel, aucun démocrate, ne peut contourner cette clameur pacifique et il a la responsabilité de trouver la manière pour qu'elle s'exprime démocratiquement".


"Il me semble grave qu'aujourd'hui (...) on offense la volonté de nombreux Catalans de voter pour décider de l'avenir politique du pays et on nie de manière aussi intéressée et désinvolte notre volonté de nation", a-t-il ajouté, dans un discours en catalan transmis par la télévision publique régionale.
Il a jugé qu'il fallait donc s'en remettre au "mandat démocratique", lançant aux Catalans : "En vos mains se trouvent la force et l'outil qui marquera l'avenir politique de cette nation : le vote".
Les indépendantistes présentent en effet ces élections régionales comme un plébiscite, pour ou contre leur projet de conduire la Catalogne vers la sécession, en 18 mois.

"Une fois que les gens auront parlé à travers le vote, nous devrons tous assumer la décision de la majorité", a averti Artur Mas qui vise la majorité absolue des sièges au parlement régional.
Il estime en effet que 68 sièges sur 135 suffiraient pour entamer un processus devant aboutir, d'ici à 2017, à une déclaration unilatérale d'indépendance de la région.
Sans jamais prononcer les mots d'indépendance ni de sécession, M. Mas s'exprimait debout devant le siège du gouvernement catalan, quelques heures avant l'ouverture officielle de la campagne électorale, et à la veille d'une gigantesque manifestation (la "Diada") à Barcelone clairement en faveur de l'indépendance, qui doit rassembler des centaines de milliers de personnes.

Les indépendantistes obtiendraient la majorité des sièges au parlement catalan

Pour la première fois, Artur Mas et ses alliés forment une coalition indépendantiste hétérogène - "Junts pel si" (Ensemble pour le oui), qui va du centre droit à la gauche. Une seule autre liste est indépendantiste, celle de la CUP (Candidature
d'unité populaire), à l'extrême gauche.
Selon un dernier sondage publié jeudi, ces deux listes indépendantistes n'obtiendraient pas la moitié des voix (44%), mais parviendraient à la majorité absolue des sièges au parlement régional (68 ou 69 sur 135).

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus