LIVRE : "L'atmosphère de rejet de l'autre et de repli est très inquiétante", s'alarme le directeur de la Croix-Rouge

Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge française, a choisi Perpignan pour lancer la promotion de son livre, "L’Humanité ne se négocie pas". Un appel à fonder une société "préparée" à des défis imminents, notamment aux crises environnementale, sociale et migratoire.

A la librairie Cajelice, à Perpignan, Jean-Christophe Combe présentait ce samedi après-midi en avant-première son ouvrage "L’Humanité ne se négocie pas", qui sortira le 25 novembre. L'actuel directeur général de la Croix-Rouge française y lance un appel à l'engagement et à l'action, fondé sur sa propre expérience de terrain au sein de l'association. L'ouvrage se veut "optimiste" et "accessible à tous". Pour cette première journée de promotion, Jean-Christophe Combe n’a pas choisi les Pyrénées-Orientales au hasard.

Un département au coeur des enjeux des prochaines années

Une partie de la famille de Jean-Christophe Combe habite en pays catalan. Son père est né à Perpignan. "C’est important pour moi de venir ici. Je suis très attaché à ce département autant sur le plan personnel que professionnel, puisque je suis proche des équipes locales de la Croix-Rouge". En tant que département frontalier, exposé aux aléas climatiques et à de fortes problématiques sociales, les Pyrénées-Orientales sont particulièrement concernées par les thématiques abordées dans l'ouvrage. Il s'agit d'une prise de parole rare, car la Croix-Rouge s’exprime peu dans le débat public.

Faire vivre les valeurs et les compétences de la Croix-Rouge, souvent discrète

Jean-Christophe Combe est directeur général de la Croix-Rouge depuis dix ans. "C’est une organisation qu’on a tous l’impression de connaître, mais qu’on connaît en réalité assez peu", explique-t-il. La crise sanitaire a décuplé son envie de transmettre "l’expertise" de l’association. "Au-delà de mon point de vue personnel, cet ouvrage sert à rendre hommage aux compétences quotidiennes des bénévoles de la Croix-Rouge, aux personnes qui s’y investissent. Je m’adresse aussi à eux, pour exprimer ma reconnaissance envers leur engagement, particulièrement fort ces derniers mois."

L’expérience de terrain de la Croix-Rouge a forgé une conscience aiguë des crises à venir, ou déjà amorcées : crise climatique, crise migratoire, crise sociale… "Je veux montrer que le mouvement Croix-Rouge et l’esprit qu’il porte peuvent être une part de la solution, face aux grands défis qui s’annoncent". Sans vouloir prendre part à la campagne présidentielle qui s’amorce, l’ouvrage est tout de même un moyen de faire entendre dans le débat public des valeurs d’accueil, de soin inconditionnel, et de solidarité.

Beaucoup de sujets majeurs, comme les migrations, sont caricaturés, déchaînent les passions, et amènent à prendre des positions manichéennes. D’où le titre du livre : l’humanité ne se négocie pas. L’atmosphère de rejet de l’autre et de repli est très inquiétante.

Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge.

« Bienvenue dans l’ère de la vulnérabilité »

Pour Jean-Christophe Combe, la pandémie aura permis une chose : la prise de conscience d’une vulnérabilité générale. "C’est le paradoxe de nos sociétés, toujours plus puissantes, mais dans lesquelles la vulnérabilité est très présente. On avait tendance à croire qu'elle n'affectait que des franges de la population, mais ce contexte inédit nous a fait réaliser que chacun, selon le contexte, pouvait devenir vulnérable."

Ces différentes crises engendrent un contexte anxiogène, mais aussi de l’humilité et un principe de solidarité extrêmement puissant. C’est ce qu’il faut nourrir pour bâtir une société résiliente.

Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge.

En mars 2020, l'association a reçu un afflux massif "d’envies d’agir" sous différentes formes (dons, propositions de bénévolat...). "On le voit, les jeunes générations ont une très forte envie d'engagement. C’est rassurant, mais il faut encourager et généraliser cela rapidement."

Former la population à se protéger

En effet, Jean-Christophe Combe estime que "nos sociétés ne sont pas prêtes". Il se remémore l’ouragan Irma, qui a ravagé plusieurs îles de l’Atlantique Nord entre août et septembre 2017. "Dans ces cas-là, les premières 24 heures sont absolument déterminantes. Si la population n’a aucune notion de secours, la catastrophe est totale."

Si demain, une autre crise de l’ampleur de la pandémie survenait, nous n’y arriverions pas. Malgré l’engagement des associations, ce ne serait pas suffisant. Il faut que chacun soit capable de prendre soin de lui-même et de son entourage. Ces compétences sauveront des vies, rendront la tâche des secours plus supportable, et seront rassurantes pour tout le monde. Ce ne peut plus être qu’une question de spécialistes.

Jean Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge.

Pour fonder la "société préparée" que Jean-Christophe Combe appelle de ses vœux, plusieurs propositions sont abordées dans l’ouvrage : former 100% de la population aux gestes qui sauvent d’ici 2030, créer une "journée nationale de préparation aux crises"; créer une "option croix rouge" dans les parcours scolaires… "Ce sont des compétences individuelles, mais bien une réponse collective, qui sauvera des vies", tient à souligner Jean-Christophe Combe.

"L'Humanité ne se négocie pas” sort le 25 novembre dans la collection Paroles d'Acteurs aux éditions de L’Aube. Il est préfacé par le Professeur Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie livres culture vie associative société environnement réchauffement climatique