Perpignan : un aveugle fiché S interpellé et assigné à résidence

Cet Arménien était fiché S depuis les attentats du 13 novembre 2015. Ce sont les fidèles de la mosquée de Perpignan qui ont alerté la police, trouvant son comportement suspect.

© Alexandre MARCHI.MAXPPP
Un Arménien de 24 ans, aveugle et fiché S, a été interpellé jeudi dernier rue de la Briquetterie à 23 heures, avant d'être assigné à résidence à son domicile d'Avignon, a-t-on appris ce jeudi 5 avril de source proche de l'enquête.

Intrigués par son comportement suspect et la vingtaine de téléphones portables qu'il avait avec lui, des fidèles de la mosquée de Perpignan, proche de cette rue, ont alerté la police nationale qui a procédé à son interpellation et l'a placé en garde à vue pour "recel de vol", selon la même source.

Le jeune aveugle, muni d'un titre de séjour valable jusqu'au 30 avril, était fiché S depuis les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

"Constatant sa situation sur le territoire, le préfet des Pyrénées-Orientales a mis en oeuvre toutes les diligences appropriées sous le contrôle de l'autorité judiciaire", a déclaré le secrétaire général de la préfecture Ludovic Pacaud, à une correspondante de l'AFP.


Mesure d’expulsion



Un ordre de quitter le territoire français a été émis à son encontre, selon cette source préfectorale. Placé en rétention, le jeune homme a fait appel de cette mesure d'expulsion et a été assigné à résidence en Avignon, où il réside, précise-t-on de source proche de l'enquête.

Cet Arménien, qui revenait de Paris lors de son interpellation, avait déjà été assigné à résidence le 16 novembre 2015 après son interpellation dans le cadre des perquisitions administratives conduites dans tout le pays au lendemain des attentats de Paris. Il était alors en possession d'une centaine de téléphones portables et autant de clés USB.

durée de la vidéo: 00 min 50
Perpignan : un aveugle fiché S interpellé et assigné à résidence ©France 3 Occitanie


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sécurité société justice police terrorisme