Perpignan : le train des primeurs redémarre ce vendredi, après deux ans d’arrêt

A l’arrêt depuis l’été 2019, le train des primeurs, qui achemine fruits et légumes entre Perpignan et Rungis, reprend du service à partir de ce vendredi, en présence du Premier ministre Jean Castex. Un retour que certains jugent trop timide et incertain.

C’est son grand retour. Ce vendredi 22 octobre 2021, la liaison Perpignan-Rungis est remise sur les rails.

Cet axe ferroviaire qu’on appelle plus communément "le train des primeurs", permet l’acheminement en wagons réfrigérés de fruits et légumes entre Perpignan et le marché de Rungis. Il avait été mis à l’arrêt à l’été 2019. En cause ? Le manque de clients et la vétusté des wagons.

Argument écologique et social

Pourtant, pendant près de quarante ans, le train des primeurs a assuré le transport des produits frais en provenance du Sud de la France, d’Espagne et du Maroc. Ses 25 wagons réfrigérés transitaient six jours sur sept à raison de quatre trains quotidiens vers Rungis.

Mais avec le temps, le train des primeurs décline, ses wagons abîmés et vétustes ne sont pas remplacés... Peu à peu délaissé, il transite de moins en moins, avant une mise à l’arrêt totale en 2019.

Dès sa suppression, les cheminots se mobilisent pour que la liaison reprenne. Le gouvernement doit trouver une solution, d'autant que l'un de ses objectifs est de "redresser le fret ferroviaire" pour des raisons, entre autres, écologiques. En effet, le train des primeurs évite l’amoncellement des poids-lourds sur les routes et donc une plus grande pollution. Ils étaient 25.000 camions par an à assurer la liaison à sa place.

Mi-décembre 2020, le gouvernement lance donc un appel à manifestation d’intérêt général pour la reprise du train, ajoutant que "la crise sanitaire a souligné la nécessité absolue de disposer de circuits d’approvisionnement en produits alimentaires qui soient rapides, efficaces et durables.".

En septembre 2021, l’Etat retient Rail Logistics Europe, filiale de fret ferroviaire de la SNCF, avec un projet comprenant la création d’une autoroute ferroviaire. Le train des primeurs est prêt pour un nouveau départ.

Une relance timide

La relance est annoncée, mais avec une ambition moindre. Seule la moitié des wagons ont été rénovés. Le Perpignan-Rungis sera composé de douze wagons (au lieu d’une trentaine) et circulera de novembre à juillet, pendant la saison des primeurs, à raison de cinq fois par semaine. Cela représente environ 15 camions enlevés de la route par jour.

Et pour l’instant, un seul transporteur opère, Primeve. La Fédération Nationale des Transporteurs Routiers Occitanie regrette que les autres entreprises intéressées pour charger leurs marchandises n’aient pas été consultées. Elle espère aujourd'hui que le nombre de wagons remis sur les rails augmentera dans les années à venir.

Quel avenir pour le Train des primeurs ?

Cependant, Fret SNCF assure qu’il n’est pas possible de faire circuler un convoi de plus de douze wagons, ajoutant que cette version du train des primeurs ne pourra circuler que jusqu’en 2024. Que se passera-t-il après ?

A terme, il est prévu que les trains soient conçus pour transporter des conteneurs. Cela demande en revanche l'aménagement d’un terminal spécifique au marché international de Rungis. Un investissement que l’Etat serait prêt à faire.

Voir notre reportage à Perpignan, à la veille du départ.

L'avenir du train des primeurs Perpignan-Rungis reste encore incertain, les syndicats de cheminots ne sont, de leur côté, pas prêts de se démobiliser. Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT présent à Perpignan pour célébrer la relance, "le fret a de l’avenir, c’est l’avenir pour la planète aussi (…) c’est la démonstration qu’il y a une ligne d’ouverture aujourd’hui mais l’objectif c’est qu’il y en ait mille en France donc c’est une bataille qui va continuer.".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sncf économie transports politique agriculture transition énergétique énergie environnement travaux ferroviaires