Perpignan : un lycéen accuse la police municipale de violences lors d'un contrôle d'identité

A Perpignan, Yanis, lycéen âgé de 17 ans, accuse la police municipale de violences. Les faits se seraient produits mardi dans le quartier du Moyen-Vernet. Le mineur dénonce un contrôle d'identité plutôt musclé dont son visage porte encore les stigmates. Sa mère compte porter plainte. Témoignage.

Perpignan - le visage tuméfié, Yanis 17 ans, élève en terminale au lycée Maillol, se dit choqué du contrôle d'identité violent qu'il a subi - janvier 2020.
Perpignan - le visage tuméfié, Yanis 17 ans, élève en terminale au lycée Maillol, se dit choqué du contrôle d'identité violent qu'il a subi - janvier 2020. © F3 LR

Le visage tuméfié, Yanis 17 ans, élève de terminale au lycée Maillol de Perpignan, se dit choqué du contrôle d'identité dont il a été l'objet mardi dernier dans le quartier du Moyen-Vernet. Un contrôle mené par la police municipale qui bascule lorsque le frère de Yanis cherche à intervenir.
 

Mon frère s'est énervé car ils ont voulu m'embarquer au début. Juste pour un problème d'adresse. Ils sont allés vers mon frère et l'ont tapé par terre. Un 3e m'a chopé par le col et m'a jeté à terre et ils m'ont frappé.


Sur des images vidéos tournées par une habitante témoin des faits, on voit Yanis à gauche de l'image et son frère maintenu au sol à droite. Ces images illustrent une intervention plutôt musclée.
 
Image amateur du contrôle d'identité de Yanis à Perpignan, mardi 14 janvier 2020.
Image amateur du contrôle d'identité de Yanis à Perpignan, mardi 14 janvier 2020. © Image amateur DR


Yanis sera finalement interpellé.
 

Ils m'ont mis des coups de genou à la tête, des coups de pieds, ils m'ont écrasé la tête au sol. Dans la voiture, ils m'ont menotté et ils ont jeté le chien sur moi.


Après 24 heures de garde à vue, Yanis, au casier judiciaire vierge, sort du commissariat. Il est accusé d'outrage et de violence contre des fonctionnaires de police. Sa mère ne compte pas en rester là, elle va porter plainte.

Contactée par France 3, la mairie de Perpignan ne souhaite pas réagir pour l'instant. Une enquête est en cours.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan police société sécurité santé violence faits divers justice