Perpignan : quatre lames de scie à métaux retrouvées dans un colis au sein de la prison

Les agents pénitentiaires de la prison de Perpignan ont découvert, lundi 22 février, des lames de scie à métaux ainsi qu'un téléphone lors d'une ronde de sécurité. Du matériel de "bricolage" arrivé par colis. Un phénomène récurrent qui inquiète le personnel de cet établissement.

Perpignan - Avec un taux d'occupation de 220%, la prison fait partie des plus surpeuplées de France - 23.02.21
Perpignan - Avec un taux d'occupation de 220%, la prison fait partie des plus surpeuplées de France - 23.02.21 © MaxPPP - Michel Clementz

C'est lors de leur ronde de sécurité journalière dans la zone neutre (zone située entre l'enceinte de la prison et le bâtiment lui-même), que les agents pénitentiaires de la prison de Perpignan ont fait une découverte surprenante. Ils ont mis la main sur un colis contenant quatre lames de scie à métaux, trois petites et une grande, ainsi qu'un téléphone portable.

"On est abreuvés de projections"

Depuis des mois, on est abreuvés de projections tous les week-ends. Des individus s’introduisent dans le domaine pénitentiaire et viennent fournir la population carcérale, en stupéfiants, nourriture…

Pierre Grousset, secrétaire UFAP UNSA Justice des Pyrénées-Orientales.

Avant d'ajouter, "cette fois-ci, c'est encore plus inquiétant puisque ces lames servent à couper des barreaux ou des grilles, il y avait donc un projet d’évasion".

La sécurité au sein de la prison de Perpignan : un problème récurrent principalement le week-end, depuis maintenant plusieurs mois. 

"Le problème, c’est qu’on ne peut pas intervenir à l’extérieur de nos murs. On demande des rondes de police le week-end - c’est souvent à ce moment-là que des colis sont projetés - pour permettre une meilleure sécurisation du domaine à l’extérieur", précise Pierre Grousset.

Prison surpeuplée

Dans cette prison qui est l'une des plus surpeuplées de France, les tensions sont quotidiennes. A Perpignan, le taux d'occupation dépasse les 220%, 718 détenus au total y sont hébergés. 

Face à cette situation, Pierre Grousset réclame "une fouille générale du centre de détention, pour garantir la sécurité du personnel et des détenus".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société insolite sécurité