Pyrénées-Orientales : mise en examen de l'auteur supposé de l'incendie de Millas et Néfiach

Soupçonné d'être à l'origine de l'incendie qui a détruit une maison et 75 hectares de cultures et de végétation le 18 juillet entre Millas et Néfiach dans les Pyrénées-Orientales, un quinquagénaire a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. Il voulait brûler de vieilles planches.
Pyrénées-Orientales - Véhicules brûlés dans l'incendie de Néfiach et Millas le 18 juillet 2021.
Pyrénées-Orientales - Véhicules brûlés dans l'incendie de Néfiach et Millas le 18 juillet 2021. © Joan Lopez, France 3 Occitanie

Un Perpignanais d'une cinquantaine d'années vient d'être mis en examen pour "dégradations et blessures causées par un manquement délibéré à une obligation de sécurité " après l'incendie qui a ravagé 75 hectares de cultures et de végétation entre Millas et Néfiach (Pyrénées-Orientales) dimanche 18 juillet. Une maison, un hangar et plusieurs véhicules ont également été détruits.

Contrôle judiciaire et enquête 

A l'issue de 48 heures de garde-à-vue, le quinquagénaire a été présenté à un juge d'instruction et une information judiciaire a été ouverte. Le suspect a reconnu être à l'origine du sinistre, selon Bruno Albouy, procureur de la République adjoint de Perpignan :

Il a expliqué qu'ayant fait un feu pour faire brûler de vieilles planches, une étincelle avait mis le feu à de l'herbe avoisinante et l'incendie s'était très rapidement propagé sous l'effet conjugué de la sécheresse et du vent.

Bruno Albouy, procureur de la République adjoint de Perpignan

Il a été laissé libre mais placé sous contrôle judiciaire.

Huit pompiers blessés

Huit sapeurs-pompiers catalans ont été blessés dans la lutte contre cet incendie. Toujours selon nos informations, l'un d'entre eux serait toujours hospitalisé dans le service des grands brûlés du CHU de Montpellier.

Un préjudice global très élevé

Le préjudice est important, comme l'explique le procureur adjoint Bruno Albouy :

A l'heure actuelle il n'est pas possible de déterminer le nombre exact de victimes, mais celles-ci seront nombreuses et le préjudice global sera, selon toute vraisemblance, très élevé.

Bruno Albouy, procureur de la République adjoint de Perpignan

L'information judiciaire qui a été ouverte est destinée, précisément, à recenser les victimes et à établir ce préjudice. Les enquêteurs vont donc maintenant procéder à des investigations complémentaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan incendie faits divers feux de forêt police société sécurité justice pompiers