Ravagé par les flammes, l’hôtel du col de Puymorens risque de s’effondrer

Les pompiers ont lutté toute la nuit, dans des conditions extrêmes, contre les flammes qui ravageaient l'hôtel du col de Puymorens. / © Anthony Cirera / Sdis66
Les pompiers ont lutté toute la nuit, dans des conditions extrêmes, contre les flammes qui ravageaient l'hôtel du col de Puymorens. / © Anthony Cirera / Sdis66

Un incendie s’est déclaré ce samedi après-midi dans l’hôtel désaffecté du col de Puymorens. Des dizaines de pompiers ont lutté toute la nuit dans des conditions extrêmes.

Par Michel Bernouin

Les images sont impressionnantes : l’emblématique hôtel du col de Puymorens (Pyrénées-Orientales) entièrement embrasé, sur ses trois niveaux, la totalité de sa toiture brûlée durant la nuit.

Lorsque les pompiers de Porté-Puymorens ont été alertés du sinistre, samedi à 16h34, des flammes sortaient par les fenêtres et une partie du toit du bâtiment.
 
© Sdis66
© Sdis66

Conditions extrêmes

"Très rapidement, le chef de colonne a décidé de ne pas pénétrer à l’intérieur de l’hôtel en raison d’un risque d’effondrement des planchers" précise à France 3 Occitanie un porte-parole du Service d’incendie et de secours des Pyrénées-Orientales.

Jusqu’à 50 soldats du feu, mobilisés dans toutes les casernes du département et avec des renforts venus d’Ariège, ont lutté toute la nuit pour empêcher la propagation, dans des conditions extrêmes : à 1 920 mètres d'altitude sous la neige, dans une température ressentie de – 10 degrés !
 

Ce dimanche matin, une dizaine de pompiers poursuivent les opérations de noyage. Il n'y aurait a priori aucune victime à déplorer mais pour l'heure les pompiers n’ont pas pu pénétrer à l’intérieur de l'hôtel pour des raisons de sécurité. Très endommagée, la structure du bâtiment pourrait s’effondrer. La route d'accès au col est toujours fermée à la circlation ce dimanche en milieu de matinée.

L’enquête de gendarmerie devra déterminer l’origine du sinistre.

L'annonce de l’incendie de cet hôtel emblématique a beaucoup fait réagir depuis ce samedi soir sur les réseaux sociaux. La publication des pompiers du Sdis66 sur Facebook a été partagée plus de 600 fois en quelques heures et abondamment commentée.

"Les souvenirs de notre enfance partent en fumée" écrit Claudie Maurel. "Bien triste fin pour un majestueux hôtel que je voyais quand nous passions avec mes parents" se souvient Guy Brosa.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus