Restriction de jauge dans les églises : l'Evêque de Perpignan invite les curés à ne pas rejeter les fidèles

Alors que le Premier ministre Jean Castex a confirmé ce jeudi la possibilité de rependre les offices religieux avec fidèles en présentiel à compter de ce samedi 28 novembre, l'évêque fait part de son incompréhension sur la jauge limite imposée à 30 personnes.
Cérémonie d'investiture de Norbert Turini, Evêque de Perpignan-Elne le 18 janvier 2015
Cérémonie d'investiture de Norbert Turini, Evêque de Perpignan-Elne le 18 janvier 2015 © france3 LR J.Lopez
Dans un communiqué adressé aux prêtres, diacres, communautés religieuses, responsables de services diocésains et de mouvements et à toute la famille diocésaine, Norbert Turini évêque de Perpignan-Elne fait part de son incompréhension :

Avec nombre de mes frères évêques, nous restons dans l’incompréhension devant une telle décision, étant donné que dans nos églises nous avons toujours respecté scrupuleusement les gestes barrières et ce depuis le premier jour où elles ont été rendues obligatoires. Nous voyons dans cette mesure une profonde injustice.

Norbert Turini, Evêque de Perpignan-Elne

Tout en indiquant que la jauge imposée sera "toutefois" respectée, et les règles sanitaires strictement observées, l'évêque invite cependant les représentants de l'évêché dans les paroisses à ne rejeter personne même au-delà des 30 personnes : 

Je demande à messieurs les curés, de ne pas s’ériger en “comptables” de leurs assemblées dominicales et donc de ne pas rejeter si tel était le cas, la 31e personne et les suivantes qui se présenteraient. J’en prends l’entière responsabilité et si cela s’avère nécessaire j’en répondrai personnellement devant les pouvoirs publics.

Norbert Turini, évêque de Perpignan-Elne

Tout en réaffirmant le soutien de la communauté catholique aux dirigeants politiques face à cette crise de la pandémie Covid-19 et à sa gestion, la voix du Seigneur n'est donc pas sur la même longueur d'onde apparemment que celle du Premier Ministre. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société déconfinement religion polémique