Saint-André : la Région Occitanie aide une brasserie fragilisée par la crise du coronavirus

Certaines entreprises avaient prévu d'investir, mais avec la crise sanitaire, les banques sont devenues frileuses. Plusieurs dispositifs d'aide de la Région ont permis à ces entreprises de concrétiser leurs projets. C’est le cas d’une brasserie à Saint-André, dans les Pyrénées-Orientales.

La brasserie La Canya à Saint-André, dans les Pyrénées-Orientales a pu résister à la crise grâce à l'aide de la Région - décembre 2020
La brasserie La Canya à Saint-André, dans les Pyrénées-Orientales a pu résister à la crise grâce à l'aide de la Région - décembre 2020 © FTV - Frédéric Savineau

La brasserie artisanale la Canya située à Saint-André dans les Pyrénées-Orientales a fêté ses 4 ans en novembre dernier. Le volume de bière que produit la brasserie est en constante évolution. Et depuis peu, elle a innové avec un nouveau breuvage : le whisky catalan. Après trois ans d'élevage en fût, cette première cuvée confidentielle est à la vente depuis décembre. Un projet de diversification qui remonte aux origines de l'entreprise : "Dès la création de l'entreprise on a fait nos premières barriques, avec le brassage et l’affinage sur place, mais on ne disposait pas dès le début de notre propre alambic, donc on allait chez un distillateur proche de chez nous. Mais c’était quand même compliqué", explique Johann Munoz, le cofondateur de la brasserie.

Un coup de pouce de la Région 

Pour développer cette production, l'achat d'un alambic devenait indispensable. Un investissement de 80 000 euros était prévu en cette année 2020. Mais pendant le premier confinement, l'entreprise perd 80% de son chiffre d'affaires. La banque hésite alors à prêter. Si l'investissement a finalement pu se concrétiser, c'est grâce au soutien financier de la Région Occitanie à hauteur de 50% : "Sans l’aide de la Région, nous aurions dû décaler cet achat à 2021, donc attendre la fin du bilan et recevoir cet alambic en 2022, voire en 2023. Donc cette aide a été précieuse sur la continuité de notre investissement", nous dit Jérôme Faig, cofondateur de la brasserie.

Cette subvention devrait leur permettre de diversifier leurs revenus comme leur clientèle à l'avenir. Et sans doute, de pouvoir mieux résister en cas de nouvelle crise.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
confinement : conseils pratiques santé société entreprises économie bière culture gastronomie finances