• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Top 14 : Perpignan tourné vers l'avenir

Encore un match compliqué ce samedi pour l'USAP qui se rend à Paris affronter le Racing Métro. Bons derniers, les Catalans n'ont toujours pas gagné un match cette saison mais paradoxalement pas de crise en vue : les contrats des joueurs et des entraîneurs ont été prolongés.  / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP
Encore un match compliqué ce samedi pour l'USAP qui se rend à Paris affronter le Racing Métro. Bons derniers, les Catalans n'ont toujours pas gagné un match cette saison mais paradoxalement pas de crise en vue : les contrats des joueurs et des entraîneurs ont été prolongés.  / © PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

Encore un match compliqué ce samedi pour l'USAP qui se rend à Paris affronter le Racing Métro. Bons derniers, les Catalans n'ont toujours pas gagné un match cette saison mais paradoxalement pas de crise en vue : les contrats des joueurs et des entraîneurs ont été prolongés. 

Par Olivier Le Creurer

Enzo Forletta peut savourer sa popularité plus que jamais au zénith en Pays Catalan. Le parrain de l'école de rugby de l'USAP a démontré son attachement au club en prolongeant son contrat avec l'équipe pro jusqu'en 2022.
 

Je pense que tout le monde a compris ça, que ça va être long, dur mais qu'un jour on va y arriver


En dépit d'un probable retour en pro D2 et surtout après avoir refusé une très belle proposition de contrat à Clermont-Ferrand. "C'est sûr qu'il y a un truc affectif parce qu'on a vécu de belles choses mais je vois aussi la compétence. Et je pense que tout le monde a compris ça, que ça va être long, dur mais qu'un jour on va y arriver."

10 joueurs ont prolongé

Forletta mais aussi 9 autres joueurs majeurs de l'équipe qui ont tous prolonger leur contrat. Dans la tempête, le groupe fait bloc autour des coaches qui ont eux aussi été confirmé pour trois saisons. Malgré 11 défaites en 11 matches de Top 14, l'équipe n'a pas explosé. 

Si malheureusement, ça ne se passe pas, on sait qu'il n'y aura pas 90% de l'équipe qui va partir et qu'on ne va pas repartir à zéro


"Je crois fort encore en nos chances de  nous maintenir en Top 14. La tâche sera très difficile on le sait mais j'y crois. Et si malheureusement, ça ne se passe pas, on sait qu'il n'y aura pas 90% de l'équipe qui va partir et qu'on ne va pas repartir à zéro," assure Alan Brazo 3ème ligne USAP.

On ne va rien lâcher mais le club se structure


"De l'extérieur, les gens voient surtout les résultats du week-end et les défaites s'enchaîner. Nous on voit un club qui grandit à l'image de ce qu'a pu faire un club comme La Rochelle ou Lyon qui ont fait plusieurs montées et plusieurs descentes pour mieux se construire. Je ne dis pas qu'on va descendre. On ne va rien lâcher mais le club se structure," précise Tom Ecochard Capitaine USAP.
 

 

Nécessité de construire



Stabilité au programme donc mais aussi conscience et espoir de la nécessité de construire. L'USAP va bientôt présenter le projet de la réfection du stade Aimé Giral  mais aussi d'un nouveau centre d'entraînement. Objectif : générer des ressources pour exister un jour en Top 14. Car avec une quinzaine de millions d'euros de budget, la moitié de Toulouse ou du Stade Français, l'USAP n'est pas invitée.

Il faut un moment avoir une vision et projeter le club et continuer d'avancer quelque soit le quotidien

"Si on ne veut pas végéter dans le milieu de tableau de Pro D2, il faut un moment avoir une vision et projeter le club et continuer d'avancer quelque soit le quotidien," alerte Patrick Arlettaz Entraîneur USAP.

"Le club doit se doter économiquement, structurellement y compris dans la gouvernance de ce club des moyens optimums pour ancrer définitivement le club dans le haut niveau," affirme Christian Lanta Directeur sportif USAP.

Un projet encore secret mais dont le financement devrait être présentée au mois de janvier par François Rivière. Un président qui a beaucoup épongé mais qui devra désormais avoir une âme de bâtisseur.

Sur le même sujet

Hérault : des agriculteurs dénoncent la récupération de terres agricoles pour produire de l'électricité verte

Les + Lus