Pyrénées-Orientales : une famille expulsée par la force de son terrain à Saint-André, leur mobil-home a été déplacé

Saint-André (Pyrénées-Orientales) : une famille expulsée par la force de son terrain, leur mobil-home a été déplacé - 13 septembre 2019. / © F3 LR
Saint-André (Pyrénées-Orientales) : une famille expulsée par la force de son terrain, leur mobil-home a été déplacé - 13 septembre 2019. / © F3 LR

A Saint-André, dans les Pyrénées-Orientales, une famille de la communauté des gens du voyage était menacée d'expulsion depuis quelques jours. Installée illégalement sur un terrain lui appartenant mais situé en zone agricole, les forces de l'ordre sont intervenues ce matin, pour la déloger.

Par Fabrice Dubault


L'expulsion de ce vendredi matin à Saint-André, près d'Argelès, est l'application d'une décision de justice définitive confirmée en appel et en cassation. Mais cette famille des gens du voyage estime aujourd'hui être mise à la rue.
 
Pyrénées-Orientales : une famille menacée d'expulsion délogée par la force de son terrain à Saint-André
A Saint-André, dans les Pyrénées-Orientales, une famille de la communauté des gens du voyage était menacée d'expulsion depuis quelques jours. Installée illégalement sur un terrain lui appartenant mais situé en zone agricole, les forces de l'ordre sont intervenues ce matin, pour la déloger. - F3 LR ; A.Chéron et A.F.Lespiaut

Gros déploiement de forces de l'odre sur la commune de Saint-André.
Un dispositif impressionnant pour exécuter une décision de justice. L'expulsion de la famille Fustemberg. Un couple et ses 3 enfants installés depuis 5 ans sur un terrain leur appartenant mais en violation des règles du code de l'urbansime. La famille s'y attendait, mais l'expulsion reste un choc.
 

Les enfants sont traumatisés. J'ai eu un moment de rage ce matin. C'est dur ! On est expulsé de chez nous et on a nulle part où aller.


Le mobil-home n'a pas été détruit mais déplacé vers un aire d'accueil des gens du voyage, une communauté dont cette famille est originaire. La mère déplore toutefois n'avoir reçu aucune solution de relogement.

L'issue viendra peut-être du côté de la justice. Les avocats de la famille ont déposé d'autres recours notamment auprès du comité international des Droits de l'Homme des Nations-Unies.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réactions d'usagers des finances publiques de l'Hérault

Les + Lus