Pyrénées-Orientales : grève des saisonniers dans les stations de ski, l'impact devrait être limité

Ce samedi 15 février les salariés saisonniers du secteur des remontées mécaniques sont appelés à la grève. Dans les stations de ski des Pyrénées-Orientales, la mobilisation devrait être suivie, mais elle ne devrait pas impacter le fonctionnement de la station.
 

Aux Angles, des opérations de tractage sont organisées par les saisonniers.
Aux Angles, des opérations de tractage sont organisées par les saisonniers. © N.Esturgie/FTV
La mobilisation contre la réforme des retraites se poursuit. Mais cette fois-ci, elle concerne une toute autre profession : les saisonniers des stations de ski. Ils sont appelés à se mobiliser samedi 15 février.

Au total en France, une cinquantaine de stations devrait être concernées. Dans notre région, c’est le secteur des Pyrénées-Orientales qui devrait être touché avec les stations de Cambre d'Aze, Porté Puymorens, Les Angles, Formiguères, Font Romeu Pyrénées 2000, Grand Tourmalet, Cauterets, Luz Ardiden, Val Louron  et Altiservice St Lary.
 

"60% des saisonniers ne pourront pas rouvrir leurs droits"


Les grévistes protestent contre la réforme des retraites mais surtout contre celle de l’assurance-chômage qui impacte fortement les saisonniers : "la réforme du chômage soulève beaucoup d’inquiétudes. Avec cette réforme, 60% des saisonniers n’auront pas la possibilité de rouvrir leurs droits au chômage et pour beaucoup d’entre eux, les indemnités vont fortement baisser", explique Maud Goret, déléguée syndicale CGT.

Elle poursuit :

Cela aura un impact important sur les carrières des saisonniers mais également au niveau local. De nombreux villages de montagne vivent grâce à cette économie qui pourrait être fortement impactée. Cette réforme peut conduire à une désertification de nos territoires de montagne.


Des opérations de tractage pour sensibiliser les vacanciers sont prévues au cours de la journée. Les saisonniers ont notamment prévu de se mobiliser sur la D118 au niveau de Formiguères.
 


Mobilisation modérée


Du côté des directeurs de station, l’inquiétude est modérée en cette veille de mobilisation : "l’ambiance est très différente dans les stations de ski. Nous sommes dans un climat familial et je pense que les saisonniers ne vont pas bloquer les stations car cela mettrait en péril à tous notre outil de travail", confie Jérôme Meunier, directeur de la station Les Angles.

Selon lui, la mobilisation devrait principalement consister en une opération de tractage et d'affichage. Les saisonniers devraient malgré tout continuer à travailler.

Nous discutons énormément avec les saisonniers. Nous soutenons leur mobilisation et cette mobilisation est totalement légitime, mais nous sommes tous conscients qu’une interruption de l’activité de la station pourrait avoir de lourdes répercussions, ajoute Jérôme Meunier.

Par cette mobilisation, les saisonniers souhaitent avant tout informer les clients au sujet de leur situation précaire. En cette période de vacances scolaires ou l'affluence est à son maximum dans les stations de ski, ces travailleurs sont indispensables au fonctionnement des stations. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport stations de ski économie tourisme retraites grève social