La tempête Gloria va coûter cher aux communes du littoral du pays catalan

Au Barcarès, à Banyuls-sur-Mer ou encore à Argelès, la tempête Gloria a causé de gros dégâts. Les stations balnéaires vont avoir besoin de temps et de beaucoup d'argent pour remettre en état les ports et les plages.

Mer démontée à Banyuls-sur-Mer, le 21 janvier au matin.
Mer démontée à Banyuls-sur-Mer, le 21 janvier au matin. © FTV / O. Faissole
Au port de Sainte-Marie-la-Mer, on trouve encore dans l'eau une grande quantité de morceaux de bois. Ces branchages - et une multitude d'autres déchets - ont été amenés par la tempête Gloria qui a touché le territoire en début de semaine dernière. Plusieurs communes du littoral du pays catalan subissent les conséquences du passage de la tempête Gloria.
   

Un million d'euros pour réparer les dégâts

Au Barcarès et à Banyuls-sur-Mer, ces dégâts vont coûter très cher à la ville. Alain Ferrand, le maire du Barcarès a promis aux pêcheurs d'installer un chenal pour leur permettre de sortir du port. La sortie est bloquée par du sable et les bateaux n'ont pas pu prendre la mer depuis la tempête.
Pour retirer les milliers de mètres cubes de sable de cet endroit, Alain Ferrand prévoit une dépense d'un million d'euros. Pour faire face à cette dépense inattendue, le maire espère pouvoir compter sur la solidarité.

Au port de Banyuls-sur-Mer, on parle de la même somme d'argent pour pouvoir remettre en état la structure du port. Ce lieu était déjà en travaux avant la tempête et les intempéries ont endommagé en plus du port lui-même, les infrastructures qui permettaient de le rénover.
 
A Argelès-sur-Mer, où se trouve notamment la plage du Racou qui a été largement ensablée par la tempête, la municipalité estime à 80.000 euros le coût pour l'ensemble des dégâts liés à la tempête. La mairie a indiqué que la plage serait débarassée du trop-plein de sable d'ici quelques jours.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan littoral aménagement du territoire environnement ports économie transports transports maritimes météo intempéries finances pollution