Train jaune des Pyrénées-Orientales, faut-il adapter le service à la demande ?

La tête de liste des Républicains aux élections régionales dans les Pyrénées-Orientales, Stéphane Loda, envisage en cas de victoire de fermer le train jaune lors des jours particulièrement vides. Pour le comité des usagers, il faudrait au contraire tout faire pour attirer plus de voyageurs. 

Le train jaune des Pyrénées-Orientales doit-il rouler lorsqu'il est vide ?
Le train jaune des Pyrénées-Orientales doit-il rouler lorsqu'il est vide ? © Michel Clementz / MaxPPP

Fermer plusieurs jours par an le train jaune des Pyrénées-Orientales lorsque la fréquentation est quasi nulle. Le maire de Canet-en-Roussillon, Stéphane Loda, dit y réfléchir en cas de victoire. 

Est-ce qu'il faut faire fonctionner le train jaune lorsqu'il est quasi vide par exemple certains jours de la semaine en novembre ? C'est une question qui se pose depuis 25 ans. Il faut sortir du dogmatisme actuel et mettre tous les sujets sur la table.

Stéphane Loda, tête de liste LR aux élections régionales dans les Pyrénées-Orientales

Adapter le service à la demande

Trop vide, trop cher actuellement, le maire de Canet-en-Roussillon souhaiterait "renforcer davantage le caractère touristique" de la ligne catalane sans donner plus de détails et "adapter le service à la demande".

Interrogé à la suite, le porte-parole du comité des usagers du train jaune, Georges Bartoli reconnaît que la ligne qui circule entre Villefranche-de-Conflent et Latour-de-Carol peut être "vide certains jours". Pour autant,il ne partage pas le même diagnostic, bien au contraire. 

Le coût de fonctionnement du train est lissé sur une année donc l'arrêter quelques jours par an ne changerait pas grand chose. Il faut surtout que ce train redevienne un service public de qualité.

Georges Bartoli, porte-parole du comité des usagers du train jaune

Fréquentation divisée par 2 

Celui qu'on surnomme "le canari" dessert depuis plus de 100 ans une quinzaine de villages sur 60 km de long avec 1200m de dénivelé. Et il est bien loin de son lustre d'antan, avec seulement une dizaine d'allers-retours par jour. 

On met aujourd'hui 3 heures pour faire l'intégralité du trajet contre 2 heures en 1924. Par rapport au bus, le train jaune n'est pas compétitif, c'est clair. 

Georges Bartoli, porte-parole du comité des usagers du train jaune

Résultat: en 10 ans, la fréquentation est passée de 400 000 visiteurs à 160 000. Pour autant, Georges Bartoli reste optimiste. Depuis 2015, la région Occitanie s'est engagée à pérenniser le train jaune et des investissements conséquents ont été réalisés.

La voie a notamment été reconditionnée sur toute sa longueur. Et "le matériel à bout de souffle" et l'installation électrique sont en train d'être modernisés. Si des tarifs plus avantageux sont également proposés ainsi que davantage de passages par jour, 20 en hiver et 25 l'été dans les 3 ans à venir, Georges Bartoli l'assure, le train jaune pourra redevenir attractif.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
trains régionaux économie transports sncf région occitanie politique élections régionales 2021 élections