Cet article date de plus de 4 ans

Référendum à Béziers : l'organisation est adoptée par 36 voix sur 48

Le Conseil municipal de Béziers a adopté le projet de référendum sur l'accueil de 40 migrants, mis au vote, mardi soir, par le maire Robert Ménard. Par 36 voix pour, soit à l'unanimité des élus de la majorité, sur 48 votants. A l'ouverture du conseil municipal, la police a dû intervenir.
Béziers (Hérault) - le conseil municipal adopte l'organisation d'un référendum sur l'accueil de migrants - 18 octobre 2016.
Béziers (Hérault) - le conseil municipal adopte l'organisation d'un référendum sur l'accueil de migrants - 18 octobre 2016. © F3 LR Z.Soullami

Robert Ménard a donc fait adopter ce mardi soir, en conseil municipal, un projet de référendum sur l'accueil de migrants. Il a avancé la date du 8 janvier 2017 pour l'organiser.

C'est l'annonce de la venue de 40 nouveaux migrants de la jungle de Calais à Béziers, s'ajoutant à 130 déjà hébergés dans 2 centres de la ville, qui a poussé Robert Ménard à consulter les électeurs.
Au terme d'un long débat, 36 des membres du Conseil municipal se sont déclarés pour la délibération. Les 12 autres ont voté contre ou se sont abstenus, soit 4 contre et 8 abstentions.
durée de la vidéo: 02 min 18
Béziers (34) : le conseil municipal adopte le projet de référendum sur les migrants ©F3 LR

Un référendum qui a peu de chance de voir le jour ?


Avant le début du conseil, M. Ménard avait annoncé qu'il maintenait son projet alors que le préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, l'avait dans une lettre "invité" à "retirer de l'ordre du jour cette délibération".

Le préfet rappelait que le conseil municipal "ne peut empiéter sur les compétences de l'Etat, ce qui est le cas en l'espèce".

Je me dois dès à présent de vous indiquer que si cette délibération venait à être adoptée, je serais conduit à en demander la censure par le juge administratif par la voie d'un référé-suspension", prévenait-il.


La préfecture avait déjà dû avoir recours au Tribunal administratif de Montpellier à propos de la "garde biterroise" ou du test ADN des chiens, des mesures polémiques proposées par M. Ménard qui ont été retoquées par la justice.

"Pour aller jusqu'au bout des choses, je vais maintenir le référendum et j'irai moi-même le défendre s'il le faut contre l'Etat", a déclaré M. Ménard lors d'une conférence de presse donnée avant le conseil. "Non, je ne suis pas prêt à recevoir des migrants dans ma ville".

durée de la vidéo: 00 min 18
Référendum à Béziers : Ménard maintient son projet ©F3 LR

Une centaine de manifestants ont protesté devant l'hôtel de ville de Béziers contre ce projet. "Plus jamais ça", "Migrants bienvenus, référendum non", pouvait-on notamment lire ou entendre dans cette manifestation organisée par SOS Racisme, le PCF ou encore Ensemble.

Les manifestants protestent contre le refus du maire de Béziers d'accueillir des migrants.
Les manifestants protestent contre le refus du maire de Béziers d'accueillir des migrants. © Christophe Monteil.F3LR

Au début du Conseil municipal, une vingtaine d'opposants dont certains avaient hurlé "Ménard démission" ou "Ménard
facho"
 ont été expulsés de la salle par des policiers municipaux et nationaux.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique robert ménard migrants société immigration