Santé : fin de la grève des personnels dans les 20 laboratoires Biofusion de la région Occitanie

Les personnels des 20 laboratoires Biofusion de la région Occitanie ont repris le travail ce mercredi, après une semaine de grève. Ils ont obtenu une prime de 1 500 € et une hausse salariale de 3% pour compenser le surcroît de travail provoqué par les tests de dépistage du coronavirus.

Le travail a repris après une semaine de grève des salariés, déclenchée le mardi 15 septembre devant le siège de Biofusion à Montauban.
Le travail a repris après une semaine de grève des salariés, déclenchée le mardi 15 septembre devant le siège de Biofusion à Montauban. © Frédéric Desse / FTV
Les personnels des 20 laboratoires Biofusion (Groupe Inovie) du Lot, Tarn-et-Garonne et Haute-Garonne, ont repris le travail ce mercredi 23 septembre, à l'issue d'une semaine de grève.
Cette reprise a été décidée après avoir obtenu de leur direction une prime exceptionnelle ainsi qu'une revalorisation salariale, suite au surcroît de travail provoqué par l'épidémie de Covid-19.

Prime et hausse de salaire

Les 230 salariés s'étaient mis en grève le mardi 15 septembre dernier en demandant une augmentation salariale de 10% et une hausse de la prime Covid, au-delà du montant de 1.000 euros proposés au départ par leur direction. Ils ont finalement obtenu une hausse générale des salaires de 3%, et décroché une prime exceptionnelle de 1.500 euros, ainsi que quelques avantages sociaux.

Nous avons abouti à cet accord à l'issue de négociations qui se sont achevées dans la nuit de lundi à Mardi. Mais la hausse de salaire est loin des 10% réclamés au départ : heureusement il y a aussi la prise en charge à 100% de la mutuelle, et des mesures au niveau des congés maladie. Au final c'est un ensemble de mesures qui n'avaient jamais été obtenues jusqu'à présent dans le secteur des laboratoires médicaux.

Christophe Couderc, membre du secrétariat départemental de la CGT 82

Le représentant syndical CGT souligne que "la convention collective est au ras du sol : 1 200€ de salaire de départ, et 1 400€ après une ancienneté maximum de 15 ans, pour des professions féminisées et exercées par une majorité de Bac + 2".
Durant le mouvement, des tests de dépistage COVID avaient continué d'être effectués suite à la réquisition de salariés par la préfecture.

Les "drives COVID" ont rouvert

"Tous les drives de dépistage COVID sont à nouveau ouverts et opérationnels dès ce mercredi", indique la société Biofusion dans un communiqué publié sur son site internet, en remerciant ses clients pour leur "patience dans cette période délicate".
Les drives sont situés à Montauban Pont-de-Chaume, Grenade, Aucamville, Fronton, Cahors, Castelsarrasin et Caussade.

1 million de tests par semaine

La direction de Biofusion avait admis dans un communiqué pendant la grève que les salariés étaient "malmenés par le surcroît de travail".
Cette mobilisation a été l'un des premiers mouvements de grève dans des laboratoires de biologie médicale depuis la multiplication des tests virologiques (PCR) en France : leur nombre dépasse désormais le million par semaine, ce qui était l'objectif fixé au départ par le ministre de la Santé Olivier Véran.
 
Données économiques
Le siège des laboratoires d'analyses de biologie médicale "Biofusion" est basé à Montauban.
Biofusion compte au total 230 salariés travaillant sur ses 20 sites, répartis sur 3 départements :
  • 10 en Haute-Garonne
  • 9 en Tarn-et-Garonne
  • et 1 à Cahors dans le Lot.
Biofusion fait partie du groupe INOVIE, lequel compte 11 laboratoires multi-sites, soit 250 sites au total et près de 35 plateaux techniques.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société grève économie social coronavirus/covid-19