Cet article date de plus de 5 ans

"Si tu es Arabe, musulman et de Lunel, on te regarde comme un djihadiste" témoignage à Lunel

Un texte solennel a été lu dans certaines mosquées après les attentats du 13 novembre. C'est le cas à Lunel pour tenter d'expliquer qu'être arabe à Lunel ne signifie pas être un musulman radicalisé.
Lunel (Hérault) - la mosquée El Baraka - 2015
Lunel (Hérault) - la mosquée El Baraka - 2015 © F3 LR
Le Conseil français du culte musulman (CFCM) avait proposé aux quelque 2.500 mosquées et salles de prière du pays un "texte solennel" condamnant toute "forme de violence" après les attentats djihadistes du 13 novembre.
Mais dans un islam sunnite sans clergé, qui ne parle pas d'une seule voix, plusieurs fédérations de mosquées, recteurs ou imams avaient rédigé leur propre prêche.

A Lunel (Hérault), "le message du CFCM condamnant les attentats de Paris a été lu", assure Redouane, un quinquagénaire.
"Si tu es Arabe, musulman et de Lunel, on te regarde comme un jihadiste. C'est lourd à porter", déplore Saïd, né il y a 21 ans dans cette ville qui a vu partir une vingtaine de jeunes vers la Syrie, où au moins huit sont morts.
Leïla, mère de famille voilée, condamne sans détours "cet Islam de violence qui n'est pas le nôtre". "Il ne faut pas jeter le soupçon sur tous les musulmans de France", implore-t-elle.

A Narbonne une marche a été organisée.
durée de la vidéo: 01 min 47
Narbonne (11) : la communauté musulmane marche en hommage aux victimes des attentats

A Toulouse, où une foule dense se presse dans la salle de prière  de la mosquée As Salam (un des noms d'Allah), un chapiteau a été dressé dans  le jardin attenant.
"On nous pressait depuis janvier de parler. On a senti que nous n'avions plus le choix. Qu'il était temps de dire que nos valeurs sont compatibles avec la République, de dire qui nous sommes", explique Hassan Idmiloud, vice-président de l'Association des musulmans de Toulouse.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentats de paris faits divers terrorisme