Ski : la date de réouverture des remontées mécaniques sera connue mi-décembre, une aberration pour les professionnels

Si la date de réouverture des remontées mécaniques devrait être connue à la mi-décembre, dans les Pyrénées les professionnels de la montagne ne décolèrent pas. Tous demandent une ouverture le 19 décembre prochain et restent mobilisés sur l’ensemble des massifs.
 
Remontées mécaniques à la station de ski Superbagnères dans les Pyrénées
Remontées mécaniques à la station de ski Superbagnères dans les Pyrénées © M.Viala/DDM/MaxPPP
Quand les remontées mécaniques pourront-elles ouvrir ? C’est la question que tout le monde se pose dans toutes les stations de ski en France et dans les Pyrénées. "On en saura plus un peu avant le 15 décembre, lors du point sur le déconfinement. Nous travaillons à approfondir les conditions de cette réouverture. Début janvier, mi-janvier ou fin janvier, les opérateurs eux-mêmes ont des appréciations différentes" a annoncé Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat au Tourisme, lors d’une conférence de presse ce lundi aux professionnels de la montagne.

Aucune date n’est encore arrêtée mais Jean-Baptiste Lemoyne a expliqué "travailler à approfondir les conditions de cette réouverture". Les stations de ski vont rester ouvertes mais il est fort probable que les remontées mécaniques ne fonctionnent pas pendant les fêtes de fin d’année. Un manque à gagner conséquent qui met en difficulté l’économie de la montagne.

Dans les Pyrénées c’est l’incompréhension la plus totale. Fabrice Esquirol, directeur général d'Ax-trois-domaines, ne décolère :

On était prêt à faire des concessions avec notamment la fermeture des télécabines. Mais là on ne comprend prend ces mesures. Dans tous les massifs Pyrénéens, les acteurs de la montagne espèrent être entendus et gardent l’espoir d’une réouverture le 19 décembre prochain.

"Surexposition aux risques de montagne"

Le ministre Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé l’importance de sécuriser les domaines avec les déclenchements d’avalanche tout en mettant l’accent sur le maintien des activités de plein air comme les jardins de neiges pour les enfants, les raquettes, les chiens de traîneau, le ski nordique ou de randonnée : "cette semaine, nous allons donc nous concentrer sur les activités de plein air qui pourront être pratiquées cette fin d'année." 
Dans toutes les vallées Pyrénéennes, les acteurs de la montagne sont vent debout contre ce dispositif qu'ils jugent "absurde". 
En ouvrant les stations de ski sans faire fonctionner leurs remontées mécaniques, c'est selon eux une manière d'exposer davantage les personnes aux risques de montagne.

On va accueillir des gens qui vont pratiquer des randonnées en raquette ou d’autres activités de montagne qu'ils ne maîtrisent pas forcément alors que dans le même temps on a pas de service de sécurité opérationnel ! Pas de poste de secours ouvert, pas de pisteurs ni sauveteurs, pas d’avalanches déclenchée. Tous les jours on va mettre ces publics en danger… c’est totalement absurde.

Fabrice Esquirol, directeur général Ax les 3 domaines

 

"Stratégie territoriale Incohérente"

Les remontées mécaniques des stations de ski d’Andorre et d’Espagne pourraient être, elles, ouvertes. Bars, restaurants, commerces sont prêts à accueillir du public. Un coup dur pour les professionnels de la montagne du côté français, ils disent ressentir "une grande frustration, tout en comprenant la décision des pays voisins."       .
Une très "grande injustice" pour Fabrice Esquirol qui dénonce "l’incohérence des mesures gouvernementales" :
 

Il y a une station de ski en Andorre située à 25 km d’Ax-les-Thermes. En nous obligeant à fermer nos remontées mécaniques, les publics vont se déplacer en masse vers ces domaines. Cela veut dire aussi qu’au lieu de s’étaler sur 6 domaines skiables français on va concentrer tout ce monde sur deux petites stations. Dans ce cas, le Covid va bien circuler, c’est totalement incohérent.


Ce lundi, lors de la conférence de presse, Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’Etat au Tourisme, a expliqué  "étudier depuis plusieurs semaines la préparation de la saison d'hiver avec les acteurs de la montagne. Les échanges sont quotidiens. Après celles du lundi 23 novembre et celle d'aujourd'hui, une nouvelle grande réunion est prévue par Matignon le 11 décembre".
Le protocole sanitaire déployé par les professionnels de la montagne n’est pas remis en cause mais "le but de ces fermetures était d’éviter une affluence excessive" a précisé le ministre.

"Un soutien renforcé aux acteurs de la montagne"

Pour venir en aide aux différents acteurs de la montagne, le gouvernement a annoncé un renforcement des aides gouvernementales aux professionnels. Tel un "nouveau dispositif ad hoc pour indemniser les sociétés de remontées mécaniques, publiques et privées". Un dispositif de soutien aux activités connexes sera également mis en place, comme les magasins d'alimentation des stations et des vallées dépendent de la fréquentation touristique.

Par ailleurs, le ministère du Travail a lui annoncé que le dispositif d'activité partielle serait étendu aux entreprises du secteur des sports d'hiver "afin de permettre sans tarder aux professionnels du secteur de sécuriser les embauches de saisonniers"et ce "jusqu'à la reprise d'activité dans les stations".

Bien sûr, il y aura des aides mais nous n'avons pas envie de vivre ou survivre avec des aides publiques. On veut exercer pleinement nos métiers. Nous sommes des professionnels de la montagne. On va ouvrir les théâtres, les cinémas alors que les remontées mécaniques vont rester fermées. Incompréhensible ! Alors que le ski lui se pratique en plein air avec des gants, des casques, des bonnets, des doudounes... rien à voir avec la promiscuité des lieux clos.

Fabrice Esquirol, directeur général Ax les 3 domaines


Aussi ce jeudi, à l’initiative de la DSF, Domaines Skiables de France, le syndicat national des téléphériques et de l’association des maires de montagne, l’ensemble des massifs vont faire entendre leur colère. Elus, entreprises, commerçants, maires, tous vont mener des opérations dans leurs stations. Tous mobilisés pour dénoncer l’absurdité des mesures gouvernementales et réclamer une ouverture des remontées mécaniques le 19 décembre prochain.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pyrénées nature montagne coronavirus/covid-19 santé société confinement andorre international