Tarn : une élue du Front National en garde à vue

Gladys Ramadji / © France 3 Occitanie
Gladys Ramadji / © France 3 Occitanie

Ce 14 novembre, une élue municipale FN d’Albi a été placée en garde en vue. Les gendarmes de Rodez ont souhaité entendre Glawdys Ramadji dans le cadre d’une enquête portant sur l’introduction d’un téléphone portable et de stupéfiants à la maison d’arrêt de Rodez. 

Par Léo Lemberton

L'information a été donnée par l'avocat de l'élue sur son compte Twitter et confirmée par une source proche du dossier. Gladys Ramadji a été placée en garde à vue dans les locaux de la brigade de recherches de Rodez ce 14 novembre. 
Depuis plus de deux mois, les gendarmes de l’Aveyron mènent des investigations. Des auditions ont été réalisées courant septembre. Avant d’entendre l’élue albigeoise, les enquêteurs ont souhaité procéder à des vérifications.
L’ouverture de l’enquête par le Procureur de la République de Rodez est liée à des révélations sur le site de France 3 Midi-Pyrénées. Les éléments collectés par les enquêteurs sont suffisamment sérieux pour justifier en placement en garde à vue. Mais, bien évidemment, le principe de la présomption d’innocence s’applique.
A noter que Glawdys Ramadji a assigné en diffamation, devant le tribunal correctionnel, 17 médias nationaux et régionaux. Il leur est reproché d'avoir repris l'information sur les visites suspectes de Gladys Ramadji à la maison d'arrêt de Rodez. Parmi les motifs de cette procédure, les avocats de l’élue Front National invoquaient notamment l’absence d’enquête pénale en cours.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Montpellier : le Camion du coeur, plus qu'un repas, un réconfort

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne