Le parquet ouvre une enquête sur l'introduction d'un portable par une élue FN à la prison de Rodez

Suite à nos révélations sur l'implication d'une élue municipale FN d'Albi dans l'introduction illicite d'un téléphone portable à la maison d'arrêt de Druelle, le procureur de la République de Rodez a décidé d'ouvrir une enquête. 

Photo d'illustration
Photo d'illustration © MaxPPP
Dans un précédent article, France 3 Occitanie a révélé qu’une élue du Front National a introduit illégalement un téléphone portable dans l’enceinte de la maison d’arrêt de Rodez.

A la suite de notre publication, le procureur de la République de Rodez a ouvert une enquête. "J’ai diligenté une enquête comme chaque fois que l’on m’informe qu’un objet illicite a été introduit en prison" a déclaré Yves Delperié. Une enquête confiée à la gendarmerie de Rodez. 

Cette enquête devra donc faire la lumière sur des faits que Glawdys Ramadji, conseillère municipale Front National d'Albi, a reconnu auprès de France 3 avoir fait passer lors d'un parloir le téléphone à son ex-compagnon, père de son enfant, en détention provisoire à Rodez dans une affaire de vol à main armée. Depuis, Glawdys Ramadji a décidé de changer sa version et nie avoir introduit le téléphone dans l'enceinte de la maison d'arrêt. 

Des sources affirment que l'élue a aussi fait passer des stupéfiants au détenu, ce qu'elle a toujours nié. 

Après la publication de notre article, le Front National du Tarn a indiqué demander la démission de la conseillère municipale d'Albi. Une entrevue est prévue vendredi entre la mise en cause et le responsable départemental du FN dans le Tarn. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers politique