Près de Montauban, pourquoi les agriculteurs se font voler les GPS de leur matériel agricole ?

La semaine dernière, un réseau international de vol de GPS agricoles a été démantelé près de Nantes. 16 départements sont touchés par ce fléau qui prend de l'ampleur en France, notamment le Tarn-et-Garonne. Pourquoi ces consoles GPS sont si chères et tant recherchées par les délinquants ?

Tarn-et-Garonne - Cyrille Péra devant son tracteur victime à 2 reprises du vol de sa console GPS à Auvillar. juin 2021.
Tarn-et-Garonne - Cyrille Péra devant son tracteur victime à 2 reprises du vol de sa console GPS à Auvillar. juin 2021. © FTV B. Roux

Ce jour là, lorsque Cyrille Péra veut monter sur son tracteur pour faire des semis, il découvre que la porte de la cabine habituellement fermée est ouverte. La console de son GPS a disparu, tout a été arraché. Pire, lorsqu'il jette un œil vers sa moissonneuse, même constat : l'antenne satellite a été dérobée, les fils de la console ne sont plus reliés, les câbles sont sectionnés. Un cauchemar.

De la haute technologie à prix exorbitant

Dans l'agriculture moderne, plus des 3/4 du matériel agricole dispose d'un GPS. On en trouve évidemment sur les tracteurs, mais aussi les moissonneuses, ensileuses, pulvérisateurs, presses pour faire des balles de foins... C'est devenu incontournable.

N'allez pas croire que ce matériel serve à la navigation sur les routes de campagne ! Le guidage par satellite permet à l'agriculteur de faire des semis parfaitement droits, avec le même écart entre les raies. Il peut aussi rationaliser la consommation d'essence, la quantité de graines, doser la pulvérisation de pesticides là où les besoins se font sentir, doser l'engrais nécessaire, calibrer les bottes de foins, calculer les rendements par parcelles...
Bref, c'est devenu l'outil indispensable. A tel point qu'aujourd'hui, "on fabrique désormais une machine autour de cette console GPS" affirme Fabien Chabaud, responsable de l'agriculture de précision pour un grand constructeur agricole américain installé à Castelculier, dans le Tarn-et-Garonne. 

Une console GPS chez ce concessionnaire d'une marque de tracteurs américaine à Castelculier (82)
Une console GPS chez ce concessionnaire d'une marque de tracteurs américaine à Castelculier (82) © FTV B. Roux

"Ça permet de diminuer la fatigue du conducteur qui n'a plus besoin de se concentrer sur la conduite mais sur l'outil qui est attelé derrière le tracteur. La console peut servir d'ordinateur de bord pour connaître les rendements, pour la gestion de doses sur les pulvérisateurs et épandeurs d'engrais, l'autoguidage et la consommation du tracteur... Tout passe par cette partie-là"

Tout ceci a un coût en fonction de l'équipement et des possibilités. Pour une antenne satellite et la console, les prix varient entre 8 000 et 30 000€ voire plus.

Un agriculteur du Tarn-et-Garonne victime de 3 vols

Chez Cyrille Péra, beaucoup de matériel est stocké sous le hangar à Auvillar. Et pour cause : il exploite lui même des centaines d'hectares et il va aussi dans les fermes comme entrepreneur agricole afin de moissonner, semer, pulvériser...
Le 22 mai dernier, il a donc retrouvé son tracteur chenillard et la moissonneuse dépouillé du GPS. "Dans la cabine, j'ai retrouvé des fils sectionnés, des parties arrachées. Pour ce qui concerne la moissonneuse, je ne peux plus m'en servir, elle est bloquée. Le GPS servait aussi d'ordinateur de bord avec les données de tous mes clients, les différentes parcelles, la cartographie du terrain, les rendements...".

C'est une catastrophe économique (la console et l'antenne de la moissonneuse et celles du tracteur coûtent environ 15 000 € l'unité). Une perte économique -car les assurances appliquent une vétustée- mais aussi des fichiers disparus qui servent de base pour son travail. Malheureusement pour lui, ce n'est pas la première fois : "En 2018, j'avais laissé le même tracteur chenillard en plein champ à la tombée de la nuit. Quand je suis revenu le lendemain matin, la cabine était vide : l'antenne et le GPS avaient disparu mais aussi tout ce qui relève de l'électronique. Ils avaient eu le temps durant la nuit de tout enlever." .

La campagne d'Auvillar (Tarn-et-Garonne)
La campagne d'Auvillar (Tarn-et-Garonne) © FTV O. Denoun

Le 22 mai 2021, rebelote, certainement en plein jour et donc moins de choses volées. Covid oblige, plus de consoles neuves en stock. Cyrille Péra s'est fait prêter un GPS d'occasion par son concessionnaire pour le tracteur mais la moisonneuse est résolument bloquée sous le hangard sans pouvoir rien faire. Alors que la campagne des moissons va démarrer d'ici une quinzaine de jours. 

Le sud-ouest relativement épargné

Pour l'heure, Cyrille Péra semble être l'un des seuls agriculteurs victime de ces vols dans l'ancienne région Midi-Pyrénées. "C'est un phénomène récurent. Jusqu'à aujourd'hui, le sud-ouest n'était pas tellement impacté. Les vols se passaient plutôt dans le nord de la France, dans la Beauce qui sont des régions plus céréalières. Chez nous, il y a plus d'élévage, que de production céréalière. Là, nous avons été alerté d'un autre cas récent en Gironde. Depuis une dizaine d'années, tous les 2-3 ans, il se vole 2-3 systèmes mais le phénomène s'amplifie. Pour notre marque américaine, 80% du matériel agricole est équipé de série avec ce matériel.".

Un trafic international démantelé

Plusieurs gendarmeries du Tarn-et-Garonne ont été alertées et mènent l'enquête. En fin de semaine dernière, le parquet de la juridiction interrégionale de Rennes a déclaré avoir arrêté un réseau international de vol de GPS. Il serait piloté par 2 équipes, dont une implantée du côté de Nantes. En septembre 2020, la justice recensait plus de 82 vols de GPS dans 16 départements français, dont le Tarn-et-Garonne. Cela représente une somme supérieure à 1 million d'€. 

2 hommes ont été arrêtés en Loire-Atlantique, dont l'un conteste les faits. D'autres sont mis en cause et interpellés en Roumanie. Ce réseau international démantelé aurait pour base la métropole nantaise avec une filière de recel à destination de l'Europe de l'est, particulièrement la Roumanie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie faits divers insolite ruralité société