"Tous ces témoins seraient des menteurs?", d'anciens collaborateurs dénoncent un climat sexualisé autour de l'ancien député Pierre Cabaré

Pierre Cabaré s'est retiré de la politique, mais l'ancien député Renaissance de Haute-Garonne  comparaissait ce 28 mai devant le tribunal correctionnel de Montauban. Il était poursuivi pour "harcèlement sexuel par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction", "agression sexuelle", "exhibition sexuelle" et "harcèlement moral dans le cadre du travail" sur son ancienne collaboratrice.

Au bout de plus de 10 h d'audience, les réquisitions à l'encontre de Pierre Cabaré n'ont toujours pas été prononcées.

L'ancien député Renaissance de Haute-Garonne comparaissait ce 28 mai devant le tribunal correctionnel de Montauban. Il était poursuivi pour "harcèlement sexuel par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction", "agression sexuelle", "exhibition sexuelle" et "harcèlement moral dans le cadre du travail".

Un climat lourd et sexualisé

La plaignante Lucie Schmitz évoquait des "gestes inacceptables et des propos salaces", alors qu'elle était sa suppléante lors des élections législatives de 2017.

Son avocate décrit "une femme de caractère, très courageuse". Une femme motivée par la vérité et la justice. C'est l'inspecteur du travail qui a dénoncé au procureur de Toulouse les faits. Il a estimé que les faits relevaient du harcèlement sexuel et moral et d'agression sexuelle. Elle savait qu'elle compromettait des perspectives politiques auxquelles elle tenait beaucoup ", raconte l'avocate.

Au cours de l'audience il a été question, de mains aux fesses, d'exhibition (l'accusé se serait dénudé avant une baignade devant la plaignante). À la barre elle raconte des tentatives de baisers forcés. "Ce n'est pas un prédateur. Il s'est arrêté quand je le lui demandais", témoigne Lucie Schmitz.

Mais 6 témoins se succèdent pour dénoncer durant la campagne de 2017 un climat lourd, très sexualisé. Parmi les témoins d'anciens collaborateurs et collaboratrices, l'ancien maire de Blagnac. "Tous ces témoins seraient des menteurs ?", s'agace Françoise Mathé.

"C'est infondé", se défend Pierre Cabaré

Les avocats de la défense n'ont pas souhaité s'exprimer. Devant les juges, Pierre Cabaré, âgé aujourd'hui de 66 ans et ancien prothésiste dentaire, se défend. "Pendant 42 ans j'ai été artisan. Je n'ai jamais eu aucun problème. Et là, une femme me trouve harceleur. C'est infondé! ".

Pierre Cabaré risque jusqu'à 7 ans de prison. Les débats devraient durer jusque tard dans la soirée. Le jugement sera connu dans les prochains jours.

Écrit avec L.Dubois

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité