• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarn-et-Garonne : une bourrasque de vent à l'origine de l'accident mortel de montgolfière

Les enquêteurs et les secouristes sur les lieux du drame / © MaxPPP
Les enquêteurs et les secouristes sur les lieux du drame / © MaxPPP

Selon des témoins cités par la gendarmerie de Castelsarrasin, une rafale de vent aurait déséquilibré la nacelle à l'atterrissage. Mais les enquêteurs n'excluent pas "d'autres éléments". 

Par FV avec AFP

Une rafale de vent pourrait être à l'origine de l'accident de montgolfière qui a tué un homme et grièvement blessé son épouse et sa fillette en Tarn-et Garonne dimanche.

La femme, âgée de 47 ans, et son enfant de dix ans se trouvaient toujours lundi à l'hôpital des grands brûlés de Rangueil (Toulouse), qui s'est refusé à se prononcer sur leur état de santé. Le sous-préfet de Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne), Sébastien Lanoye, avait dit dimanche que leur pronostic vital avait été engagé à la suite de l'accident qui coûté la vie au chef de famille, un homme de 53 ans.

La montgolfière survolait le Quercy Blanc quand elle a pris feu dimanche en fin d'après-midi en atterrissant à Cazes-Mondenard, un village typique de la région. Elle transportait 11 personnes, dont le pilote. Une autre personne a été grièvement blessée au thorax, sans que son pronostic vital ne soit engagé. Les sept autres occupants, dont le pilote, ont été légèrement blessés.
La nacelle a pris feu après le crash / © Photo G. Andrieu (reproduction interdite)
La nacelle a pris feu après le crash / © Photo G. Andrieu (reproduction interdite)
Selon la gendarmerie de Castelsarrasin, un témoin au sol a signalé une "bourrasque de vent" qui a soufflé sur la montgolfière au moment de son atterrissage. La rafale "aurait peut-être déséquilibré la nacelle au moment du posé et c'est ce retournement de la nacelle qui aurait pu provoquer son embrasement ainsi que celui du ballon", a précisé la gendarmerie, selon laquelle "d'autres éléments" entreraient également en ligne de compte.

C'est ce que devra déterminer l'autre enquête technique, actuellement menée par la Brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA). Les rapports des deux enquêtes seront remis au parquet de Montauban, qui déterminera les suites éventuelles à donner.

Le plan rouge, destiné à secourir d'urgence un nombre important de victimes dans un même lieu, avait été immédiatement déclenché par la préfecture de Tarn et-Garonne. Une cinquantaine de pompiers, dont des renforts du Lot voisin, avaient été mobilisés. Deux hélicoptères avaient également été dépêchés.

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus