Autoroute A69 : perchés en hauteur, attachés aux machines, des militants écologistes continuent d'empêcher l'abattage des arbres

Publié le
Écrit par Julie Valin

Depuis une semaine, deux militants écologistes sont perchés dans des arbres à Vendine à la limite de la Haute-Garonne et du Tarn. Ce 27 mars 2023, des opposants à l'A69 se sont entravés aux machines qui doivent abattre une douzaine d'arbres dans le secteur de Verfeil. Les actions se multiplient pour empêcher le chantier autoroutier de démarrer.

Tous les moyens sont bons pour stopper ou du moins retarder le chantier de l'autoroute A69 entre Castres et Toulouse. Ce lundi 27 mars 2023, vers 7 heures du matin, à Verfeil en Haute-Garonne, quatre militants du collectif La Voie est Libre se sont enchaînés à des arracheuses. Une action coup de poing pour retarder l'abattage des arbres dans ce secteur. 

Délogés par la gendarmerie

Les opposants ont été rapidement délogés dans le calme par les gendarmes. Ils ont ensuite été placés en garde à vue pour "opposition par voie de fait à l'exécution de travaux publics". 

Ces militants n'ont qu'un seul but : empêcher le démarrage du chantier de la future autoroute A69. 

Suspendus dans le vide

Thomas Braille, fondateur du groupe national de surveillance des arbres et un autre militant entament leur sixième jour à plus de 6 mètres de haut. Installés dans les branches d'un platane centenaire, les deux hommes comptent y rester le plus longtemps possible. Malgré une récente décision de justice qui autorise l'abattage d'arbres sur le tracé, ces écologistes veulent aller jusqu'au bout. 

En urgence, France Nature Environnement avait saisi le juge des référés du tribunal administratif de Toulouse pour ordonner la suspension des opérations d’abattage d’arbres. Une requête rejetée par la justice.

L'argument de la nidification

Désormais, Thomas Braille joue la montre. Selon l'écologiste, à partir du 31 mars, la période de nidification débute et il serait interdit de procéder à l'abattage des arbres s'il est avéré que des espèces y nichent.

Selon le groupe National de surveillance des arbres "toute destruction de nid d'une espèce protégée d'oiseau au titre de l'article L411-1 du code de l'environnement constitue un délit passible de deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende".

Les deux militants sont loin d'être seuls dans leur combat. A terre, une quinzaine de personnes se relaient pour faire le guet, surveiller l'arrivée des engins de chantier et gérer l'approvisionnement et la sécurité de Thomas Braille et de son compagnon de lutte.

Dans un communiqué, l'entreprise Atosca, chargée de réaliser les travaux de l'A69 précise que "l'entreprise désignée pour procéder aux travaux forestiers, a pour mission de revaloriser toutes les coupes réalisées". Les 12 platanes abattus seront transformés en bois de chauffage et en copeaux pour le paillage. Au total, 300 hectares de surfaces agricoles et naturelles serviront à la création de l'A69.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité