Covid : " Pourquoi les grandes surfaces peuvent vendre des livres et pas nous !" le coup de gueule d'un libraire du Tarn

Dominique Jeay est le seul libraire indépendant à Mazamet, dans le Tarn. Comme l'ensemble du secteur, il espère pouvoir continuer son métier durant ce nouveau confinement. Une question de survie. Ce qui n'empêche pas le libraire de vous proposer 5 livres pour les prochaines semaines.

Dominique Jeay, seul libraire indépendant à Mazamet (Tarn)
Dominique Jeay, seul libraire indépendant à Mazamet (Tarn) © FTV
Avec sa façade verte et son nom inscrit en grandes lettres jaunes, Calligram', la librairie de Dominique Jeay est facilement reconnaissable. D'autant plus facile à remarquer qu'elle est la seule de Mazamet dans le sud du Tarn. Ce vendredi matin, elle est fermée pour cause de reconfinement.

La veille, le libraire à eu chaud au coeur. Ses clients sont venus très nombreux faire le plein de livres afin d'occuper les quatres (longues) prochaines semaines. "C'est une part minime de lecteurs mais c'est une journée comme une veille de Noël. Cela permet de mettre un peu de beurre dans les épinards".
 

Lancement d'un drive

Malgré le confinement, Dominique Jeay leur à d'ores et déjà donné rendez-vous mardi prochain. "Je vais mettre en place un drive,  explique-t-il. J'ai un site internet sur lequel il y a tout mon stock de bouquins. Il suffira à mes clients de réserver en ligne ou de m'appeler pour venir chercher l'ouvrage désiré à la librairie" dans le respect total des gestes barrières. Enfin, lancer ce système de "click and collect", l'ancien chargée de communication l'espère car il n'a toujours pas d'autorisation. "J'ai écrit à la préfète du Tarn pour en parler mais je n'ai eu aucun retour" affirme-t-il
 
Une volonté d'autant plus ferme que Dominique ne comprend pas que l'on puisse "laisser les grandes surfaces vendre des livres et nous, les librairies, de nous l'interdire. Pourquoi ?".

Le libraire mazamétain considère qu'"il ne faut pas tout arrêter" et surtout de lire. "Cela permet de rester à l'écoute des clients et de s'occuper la tête et les mains durant cette longue période" argumente-t-il.
 

La crainte d'une réouverture en janvier

Il y a aussi là une raison financière. Calligram' a été reprise il y a seulement deux ans par Dominique Jeay dans le cadre d'une reconversion. Le premier confinement a fragilisé sa situation financière, "je n'ai pas de trésorerie et je ne me sors pas de salaire" avoue-t-il, le deuxième arrive au pire moment.
 

Pour une librairie comme la mienne, le mois de décembre est essentiel. C'est là où je fais mon chiffre d'affaire. Si on arrive à rouvrir fin novembre, ça va, on peut sauver les meubles. S'il faut attendre janvier c'est une catastrophe

Dominique Jeay, libraire de Mazamet


Depuis les annonces du président de La République du mercredi 28 octobre, l'ensemble du secteur se mobilise. Les syndicats d'auteurs, d'illustrateurs, d'éditeurs et de libraires lancent un appel au gouvernement afin de laisser les librairies ouvertes.
  En signe de soutien, l'académie Goncourt, en charge du grand prix littéraire français du même nom, a décidé de reporter la proclamation de son prix à une date ultérieure.

5 livres conseillés par Dominique Jeay pour le confinement

Dominique Jeay ne désespère pas qu'une solution soit trouvée et vous suggère 5 livres pour vous accompagner durant ce reconfinement :

"Voici 5 livres qui m'ont fait vibrer depuis le mois d'aout et le début de la rentrée littéraire.Bonne lecture !"
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société culture économie littérature livres