Municipales 2020 : revoir le débat entre les candidats d'Albi

REPALY- A Albi dans le Tarn, la maire sortante, Stéphanie Guiraud-Chaumeil (SE) soutenue par LR se représente aux élections municipales. Face à elle, 4 candidats dont Muriel Roques-Etienne son ancienne adjointe passée dans l'opposition et qui a obtenu le soutien de LREM.
vue d'Albi (Tarn)
vue d'Albi (Tarn) © FTV
A Albi dans le Tarn 5 listes ont été déposées pour les élections municipales des 15 et 22 mars.
La maire sortante, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, va briguer un nouveau mandat. Agée de 48 ans, elle se présente sans étiquette mais elle est soutenue par LR.

L'une de ses anciennes adjointes, Muriel Roques-Etienne, est candidate. Elle a obtenu l'investiture de LREM.
Les 3 autres candidats sont : 

Résumé du débat

Sa cathédrale, sa cité épiscopale, son musée Toulouse-Lautrec. Albi offre une image de ville touristique, surtout depuis son inscription au patrimoine de l'Unesco. Mais pour cette émission, c'est la question des transports en commun qui a occupé la majorité des débats. Pour la maire sortante, Stéphanie Guiraud-Chaumeil, la ville ne peut pas "se résoudre à une seule solution" pour réduire et améliorer sa circulation. "il serait coupable d’opposer les modes de transports, la voiture a sa place à Albi", insiste la candidate soutenue par Les Républicains. L’élue propose de continuer à développer les parcs de covoiturages en périphérie de la commune reliés entre-eux par des navettes gratuites.

La gratuité des transports en commun est la principale proposition de Nathalie Ferrand-Lefranc, candidate du Parti socialiste, du Parti communiste, de LFI et du PRG : "nous devons diminuer le trafic routier. Aller vers la gratuité des bus, le vélo et le transport pédestre." Des options que la tête de liste souhaite travailler avec les habitants et les associations à travers une démarche de "démocratie participative." 

Pour le candidat écologiste, Pascal Pragnère, il est essentiel de "réduire la présence de la voiture en centre-ville." Pour répondre à cet "enjeu de santé publique", le militant d’EELV souhaite "augmenter la fréquence et le maillage des transports publics et développer un réseau de pistes cyclables sécurisées notamment entre les écoles."

Muriel Roques-Etienne met en avant son expérience au sein de la communauté d’agglomération de l’albigeois en évoquant "le pôle d’échange multimodale à la gare d’Albi" qu’elle souhaite "intégrer dans le développement urbain et la voie verte ".

Ces échanges aboutissent à la première passe d’armes entre les trois candidates Nathalie Ferrand-Lefranc, Muriel Roques-Etienne et Stéphanie Guiraud-Chaumeil. Pour cette dernière "la gratuité ne se décrète pas seul. Ne pas faire croire aux gens que l’on rase gratis." La candidate de la LREM certifie que ce choix de la gratuité représenterait un surcoût de "2 millions d’euros." "Un choix politique que nous assumerons," assure la tête de liste DVG. 

Un 4e pont interurbain, le contournement Nord-Ouest, la bretelle de Lescure-d’Albigeois sont également évoqués. Puis vient la question du centre-ville et de ses commerces. Frédéric Cabrolier du Rassemblement National souhaite "un moratoire sur l’ouverture des grandes surfaces" et la possibilité pour la mairie de se porter "locataire des commerces vacants et de les sous-louer 25% moins chers" afin d’endiguer la fermeture des magasins. 

Pascal Pragnere milite pour sa part pour l’utilisation du "droit de préemption" et  de "la location à des commerçants de proximité" afin de ramener de l’activité dans une ville que Nathalie Ferrand-Lefranc estime s’être transformée en "carte postale" qui n’est pas faite pour ses habitants. Son slogan : "nous voulons une ville à vivre pas une ville à vendre." 

Muriel Roques Etienne assume avoir permis l’ouverture d’un Leroy Merlin, "une offre que l’on ne retrouve pas au centre ville."

Tout au long du débat, Stéphanie Guiraud-Chaumeil aura du mal à cacher un certain énervement face aux piques et attaques de son ancienne adjointe et de la candidate du PS. "Que d’approximations et de contres-vérités ! s’exclame la maire sortante. Nous avons fait des choix durant ce mandat. Des choix que j’assume."

Revisionnez la totalité du débat ici :  

Les repères : Albi en chiffres 

On compte près de 50 000 habitants à Albi. La population qui avait tendance à diminuer il y a quelques années est en train de repartir à la hausse.
 

Le taux de chômage en 2016 (INSEE) était de 12,9% contre 10,2% en 2011


Les principales entreprises sont liées au secteur du commerce des transports et des services.

Les résultats des municipales en 2014

En 2014, Stéphanie Guiraud-Chaumeil avait été élue au second tour avec 46% des suffrages exprimés devant Jacques Valax (PS) 24%, Roland Foissac (PCF) 15% et Frédéric Cabrolier (FN) 13%.
Le candidat écologiste Pascal Pragnère n'avait pas passé le premier tour en obtenant seulement 7%. Sa liste avait fusionné avec celle du candidat communiste lui permettant de siéger au conseil municipal.

Les débats organisés par France 3

France 3 organise près de 300 débats partout en France à l'occasion de ces élections municipales.
Pour voir ou revoir ces débats, cliquer sur la région de votre choix dans la carte ci dessous. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections