Européennes 2024. "Eviter un référendum sur l'immigration ou anti-Macron", les dessous de la candidature du sénateur Philippe Folliot

Le sénateur du Tarn, Philippe Folliot, prépare une liste pour le scrutin de juin prochain. L'objectif revendiqué est d'éviter que l'élection au parlement européen ne se transforme en référendum sur l'immigration ou anti-Macron.

Après l'Assemblée Nationale et le Sénat, Philippe Folliot se lance sur la scène des Européennes. L'ex-député et actuel sénateur du Tarn prépare une liste.

Une liste en cours de constitution

Le 9 juin prochain, les électeurs vont renouveler les 79 eurodéputés qui représentent la France à Bruxelles et Strasbourg. Et, parmi les bulletins de vote, ils risquent de trouver des candidats estampillés "Ruralités". Ce n'est pas encore fait. Pour participer à la compétition électorale, il faut aligner 81 candidats. Pour le moment, Philippe Folliot ne donne aucun nom. La présentation de sa liste ne sera dévoilée que début 2024, vers le mois de février.

Mais, pour le sénateur tarnais, ce n'est pas la priorité. Le casting ce n'est "pas le sujet. On y travaille petit à petit et je refuse de rentrer là-dedans. En tout état de cause, le plus important, c'est de parler d'idées et de propositions" souligne Philippe Folliot

Et les propositions sont déjà sur la table. Elles sont au nombre de 18 avec un leitmotiv. "Je veux une Europe qui nous protège et plus seulement une Europe qui nous contraint" insiste la future tête de liste.

Philippe Folliot aurait pu se "contenter" de son mandat de sénateur. Un mandat acquis, d'ailleurs, au terme d'un parcours pas commun ou du moins peu fréquent : un glissement d'un siège de député à un fauteuil au Palais du Luxembourg.

Mais, après un peu plus de trois ans au Sénat, Philippe Folliot justifie sa nouvelle aventure politique par une motivation. "Je veux éviter que tout tourne (ndlr : les élections Européennes) autour de l'immigration ou d'un référendum anti-Macron". 

Une liste commune avec Jean Lassalle ? 

Les élections européennes exercent leur attrait au-delà du Sénat et du Tarn. L'ex-député des Pyrénées-Atlantiques et double candidat à l'élection présidentielle est intéressé par l'échéance.

Absent de la course aux législatives de 2022 en raison de problèmes de santé, Jean Lassalle ne cache pas son souhait de revenir dans l'arène politique.

Ce vendredi 1er décembre, l'ancien parlementaire a fait une tournée sur les "terres" de Philippe Folliot, dans le Tarn. Des séances de dédicace dans des librairies castraises et albigeoises ont été "complétées" par un tour sur le marché.

Philippe Folliot et Jean Lassalle partagent des points communs et notamment la Ruralité. Le style des deux personnalités se rejoint également. Le Tarnais ne pousse pas la chanson comme son collègue, berger des Pyrénées.

Mais les deux hommes affectionnent le ton décalé et les coups d'éclat. Philippe Folliot n'a pas hésité à s'enchaîner aux grilles d'une trésorerie menacée de fermeture. Jean Lassalle cultive les moments "cultes" au point de devenir une "icône" des jeunes.

Ces "parentés" pourraient conduire à un parrainage à l'occasion des Européennes.

Mais l'hypothèse fait "pschitt". Selon un proche de Jean Lassalle, "la personnalité de Jean est trop forte et ça serait trop compliqué avec Folliot. L'un ne s'effacerait pas sous l'ombre de l'autre".