Grippe aviaire : la présence du virus est confirmée près d'Albi, 106 communes sous surveillance

Publié le
Écrit par Mélanie Caron .

Le foyer de grippe aviaire suspecté depuis le 17 novembre, dans la commune du Séquestre, près d'Albi, a été confirmé par les analyses. La zone réglementée mise en place temporairement par la préfecture évolue afin d'empêcher la diffusion du virus pathogène.

Depuis le 17 novembre, 33 communes du Tarn étaient placées dans une zone dite réglementée, mise en place de manière temporaire suite à la découverte d'un grand nombre de cadavres de poules pondeuses dans un élevage près d'Albi. 

Après analyse, la préfecture confirme la "présence du virus au caractère hautement pathogène". L'ensemble de l'élevage a été abattu entre le 19 et le 20 novembre 2022 et l'exploitation est placée sous arrêté préfectoral de déclaration d'infection. 

Suite à la confirmation de la présence du virus influenza aviaire la zone réglementée mise en place autour de la commune du Séquestre évolue. Elle se compose de trois zones : une zone de protection, une zone de surveillance et une zone réglementée supplémentaire. 

La zone réglementée concerne les sept communes les plus proches du foyer découvert. Les communes concernées sont : Carlus, Rouffiac, Marssac-sur-Tarn, Albi, Terssac, Castelnau-de-Levis et Le Sequestre. Et 34 communes supplémentaires sont placées en zone de surveillance. 

Les réglementations évoluent dans les zones de protection et de surveillance 

  • Interdiction "d'exposer ou de vendre des volailles ou autres oiseaux captifs sur les foires et les marchés".
  • "Les mises en place et les mouvements de sortie d'exploitation de volailles, poussins d’un jour et œufs à couver, saufs dérogations individuelles", sont proscrites.
  • Arrêt "des mouvements et du transport des viandes de volailles à partir des établissements d'abattage, ateliers de découpe, entrepôts frigorifiques, sauf dérogations individuelles". 
  • En zone de protection sont également "interdites les sorties d’œufs de consommation depuis des exploitations" saufs dérogations individuelles. 

Les activités de chasse en rapport avec les gibiers à plumes sont interdites en zones de protection et de surveillance. Les services préfectoraux affirment toutefois que la mise en place de cette zone réglementée "n’a aucune incidence sur l’exportation de volailles ou produits à base de volailles pour les opérateurs tarnais hors zone réglementée". 

Au total, 106 communes sont concernées par ces trois zones, 65 placées en zone réglementée supplémentaire et 34 en zone de surveillance. La préfecture du Tarn n'indique pas la durée de maintien de ces zones réglementées.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité