• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Grosse frayeur à Castres où un enfant de 3 ans a été “oublié” par son centre de loisirs dans un parc

Parc Gourjade de Castres / © Florie Castaingts / France 3 Occitanie
Parc Gourjade de Castres / © Florie Castaingts / France 3 Occitanie

Grosse frayeur pour la famille d'un enfant de 3 ans et demi, confié mardi au centre de loisirs de la MJC de Lagarrigue (Tarn). Le petit  Kelyann avait tout simplement été "oublié", lors d'une sortie dans un parc de Castres. Il a été pris en charge par la police et remis aux parents.

Par Vincent Albinet

La maman du petit Kelyann, trois ans et demi, n'est pas prête d'oublier la journée du mardi 23 avril.

Lorsqu'elle est venue pour récupérer vers 18 heures son fils qu'elle avait confié au centre de loisir de la MJC de Lagarrigue, dans la banlieue de Castres, ce dernier avait tout simplement...disparu.

Et aucun des animateurs, après le retour de la sortie organisée au parc de Gourjade de Castres, à 7 kilomètres, ne s'était rendu compte de rien.

Par chance, l'enfant avait entre-temps été trouvé divaguant et en pleurs dans ce parc par un membre d'un club sportif de Castres. Ce dernier a appelé la police qui a pris en charge l'enfant et entrepris des recherches pour retrouver ses parents.

La connexion s'est faite avec la gendarmerie de Labruguière à laquelle la disparition venait d'être signalée.

La mère de Kelyann s'est précipitée à Castres pour récupérer son enfant sain et sauf au commissariat où elle a déposé une main courante.

Le parquet de Castres indique qu'en l'absence de plainte et après une première analyse des faits, ceux-ci ne relèveraient pas d'une qualification pénale. Il s'agit pour la justice d'une "négligence", certes grave, mais "sans acte malveillant". Si une procédure était engagée, elle relèverait donc plutôt d'une enquête administrative.

De son côté, la MJC affirme avoir "réagi très rapidement alertant simultanément les responsables et les services de gendarmerie".

"Une enquête interne a été engagée", explique sa directrice Léa Lopez.

"Je déplore fortement cet incident qui est un événement inadmissible amenant l’association à prendre toutes les mesures disciplinaires qui s’imposent avec l’appui des services de l'Etat, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations. Nous avons longuement échangé avec la maman au téléphone qui est bouleversée, nous nous rencontrerons rapidement", nous a-t-elle indiqué.

La maman de l'enfant a elle préféré inscrire son fils dans un autre centre de loisirs.

Voir le reportage de France 3 Tarn :





 

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus