Les viticulteurs du Gaillacois reprennent la tournée des restaurants

Avec le retour des clients en terrasse dès mercredi, les fournisseurs des restaurants sont dans les starting-blocks. Notamment les viticulteurs du Gaillacois, très heureux de reprendre leurs livraisons après une période difficile. C'est l'effervescence et le plaisir de renouer des contacts.

Au domaine Labarthe (Gaillac), les livraisons vers les restaurants se multiplient
Au domaine Labarthe (Gaillac), les livraisons vers les restaurants se multiplient © FTV E.Sentenac

Le mercredi 19 mai 2021, les restaurants vont pouvoir rouvrir. Tout au moins en terrasse, avec une capacité réduite de moitié. Un soulagement pour leurs fournisseurs eux aussi en partie à l'arrêt. Dans le Gaillacois (Tarn), les commandes de vins se multiplient. C'est le feu pour les viticulteurs qui doivent expédier et livrer leurs bouteilles au plus vite. 

 

Romain Plageoles dans ses vignes à Cahuzac-sur-Verre
Romain Plageoles dans ses vignes à Cahuzac-sur-Verre © FTV E. Sentenac

 

Sur les coteaux de Cahuzac-sur-Vère, c’est l’effervescence. Au domaine Plageoles passé en bio, 120 bouteilles sont mises dans les cartons, ensuite plastifiés pour être envoyées dans un restaurant bordelais. « Les responsables sont passés avant la ré-ouverture pour goûter les vins. Ils ont commandé et ça doit partir au plus vite, assure Romain Plageoles. Depuis les annonces officielles, les amis restaurateurs nous ont rappelé pour des commandes. Le confinement c’était très long, on ne voyait pas le bout. On était à 50 % de l’activité. On est très optimiste pour cet été. »

 

Les cartons de vins expédiés à Bordeaux
Les cartons de vins expédiés à Bordeaux © FTV E. Sentenac

 

Beaucoup de restaurants des grandes villes appellent : Bordeaux, Marseille, Lyon et surtout Paris. Les bouteilles de pétillant naturel faites selon la méthode gaillacoise inventée par les moines de l’abbaye Saint-Michel ont gardé leurs adeptes, malgré les confinements et autres couvre-feux. 100 000 bouteilles de vins sont produites tous les ans, les restaurants représentent à peu près 40 % des ventes, les caveaux 30 % et l’exportation 30 % aussi. « Nous faisons un mois de mai magnifique. L’export marche bien aussi. Nous envoyons nos vins aux USA, en Australie, au Brésil, au Pérou... ». Romain Plageoles a retrouvé le sourire et le plaisir de revoir ses clients.

 

 

Quelques coteaux plus loin, le domaine Labarthe de Castanet (Tarn) est lui aussi dans les cartons. Ici, c’est 300 000 bouteilles qui sortent tous les ans. La reprise - même partielle - des restaurants, c’est une petite bouffée d’air frais. « On sent que ça commence à repartir, affirme Thibault Albert, vigneron sur le domaine. Mais il me tarde d’avoir la vraie ré-ouverture à 100 % des capacités. Là, je dois livrer 5 restaurants sur Albi cet après-midi. »

 

Au domaine de Labarthe (Castanet dans le Tarn), Thibault Albert prépare ses livraisons
Au domaine de Labarthe (Castanet dans le Tarn), Thibault Albert prépare ses livraisons © FTV E. Sentenac

 

Des livraisons plus nombreuses, mais toujours inférieures à la normale. Ce viticulteur gaillacois a dû s’adapter. « On a gardé tout le monde. Pendant le premier confinement, les personnes à l’accueil ont été en télétravail. On a aménagé les horaires mais personne n’a été au chômage. Le travail à la vigne et à la cave était toujours là. Nous avons poursuivi les livraisons aux cavistes et aux particuliers dans toute la France. »

Parmi ses clients, un restaurateur de Lescure-d’Albigeois. Lui aussi très heureux de revoir du monde, des fournisseurs et bientôt les clients. « Tout nous manque : le boulot, la clientèle. On a gardé la vente à emporter car 7 mois sans rien faire, c’était impossible ! Je commence dès demain. La terrasse sera réduite de moitié, avec 70 places maximum. Dès le 9 juin, on pourra recevoir nos clients à l’intérieur mais avec 50 % des couverts seulement. »

 

Les terrasses d'un restaurant à Lescure-d'Albigeois
Les terrasses d'un restaurant à Lescure-d'Albigeois © FTV E. Sentenac

 

Les terrasses sont en place, les caves à nouveau achalandées. Mais la météo est comme la période : toujours incertaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société