PHOTOS. Albi : découvrez les vols en montgolfière au-dessus du Tarn et ses images magiques, une “parenthèse hors du temps”

Publié le

Depuis une dizaine d’années, Laurent Pailhous dirige une société de montgolfières à Albi (Tarn). Ancien commercial reconverti en pilote, il est convaincu que la région tarnaise est la plus jolie, vue du ciel. Et il nous le montre avec ses magnifiques clichés.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

En 2010, la cité épiscopale d’Albi rejoint la liste des villes classées au patrimoine mondial de l’Unesco. Une distinction qui atteste de sa “valeur universelle exceptionnelle”, rappelle la mairie d’Albi

C’est précisément à cette date que Laurent Pailhous décide de se lancer dans les affaires. Commercial dans le secteur automobile et passé par les travaux publics, il veut profiter des atouts de sa région. “Quand l’Unesco a classé Albi au patrimoine mondial de l’Unesco, ça a été un véritable déclic. J’étais déjà passionné par les vols, je me suis décidé à acheter un premier ballon”, explique ce gérant de 50 ans. 

Un premier ballon acheté en 2010

Cette passion remonte à l’adolescence. “J’avais 16 ans quand mon oncle m’a offert un vol en montgolfière. On était dans le Lot.”, se remémore Laurent Pailhous, de suite fasciné par la hauteur, les paysages qui défilent. 

Quelques décennies après ce vol, Laurent Pailhous s’en souvient dans les moindres détails. C’est ce souvenir qu’il l’a poussé à faire l’acquisition d’un premier ballon de montgolfière au début des années 2010. Dans la foulée, il passe les brevets pour être autorisé à voler, décroche un certificat de transporteur aérien et le feu vert de la direction générale de l'aviation civile. 

“On dépend complètement de la météo”

Pour continuer à voler, je suis contrôlé lors d’un audit qui a lieu tous les ans en général en basse saison, donc plutôt durant l’hiver”, fait remarquer le dirigeant. Chaque année, la saison propice aux vols en montgolfière a lieu du 1er avril à la fin du mois d’octobre. “Plan de vol, date des sorties, liste des passagers, matériel… ils vérifient tout”. 

En plus des contrôles obligatoires et stricts, Laurent Pailhous doit aussi composer avec la météo. “Pour voler, on dépend complètement de la météo. On doit avoir un temps optimal à tous les niveaux. Ça veut dire pas de vent, pas de rafale, un ciel bleu sans aucun cumulonimbus, les gros nuages blancs qui amènent la pluie”, détaille-t-il. 

Pour offrir à ces clients une expérience vraiment réussie, il faut aussi compter sur des températures optimales “pour éviter le risque de choc thermique”, un vrai danger lors d’un vol en montgolfière. “On part très tôt le matin, avant le lever du soleil. Ça nous pose problème pendant la canicule parce qu’à cette heure-là il fait déjà chaud, entre 20 et 24°C. Et plus il fait chaud, moins vous pouvez voler avec beaucoup de poids."

En général, on vole au départ de Cordes-sur-Ciel et on survole Lautrec. Ce sont les plus beaux sites du Tarn

Laurent Pailhous, gérant de la société de vols en montgolfière Atmosph'Air (Albi, Tarn)

Une “parenthèse hors du temps” 

Voilà plus de dix ans qu’il propose aux clients de voler à bord d’un de ses cinq ballons géants dirigés par l’un des trois pilotes de l’entreprise. Ces montgolfières sont d’une capacité de 2 à 12 passagers en plus des pilotes. À Atmosph’Air, Laurent Pailhous veut s’adresser aux “personnes qui souhaitent un moment intime” comme aux “entreprises qui organisent des séminaires”. 

Pour attirer cette clientèle, il mise sur l’expérience en altitude digne d’une “parenthèse hors du temps, d’un spectacle à 360° degrés en suspension dans l'atmosphère", résume le pilote. À leurs pieds, les paysages du Tarn. “En général, on vole au départ de Cordes-sur-Ciel et on survole Lautrec. Ce sont les plus beaux sites du Tarn”, défend Laurent Pailhous. 

Fiers de pouvoir en profiter au quotidien, Laurent Pailhous et ses deux pilotes réalisent chacun entre 80 et 100 vols par saison. Et à chaque vol, le spectacle continue d’émerveiller.