Tarn : le projet d'entrepôt logistique géant Terra 2 contesté devant la justice

Un entrepôt de logistique de près de 70 000 m2 doit être construit à Saint-Sulpice, dans le Tarn. Une construction démesurée selon ses opposants, et qui va s'accompagner de la destruction d'espèces protégées. Ils attaquent en justice les arrêtés préfectoraux autorisant le projet.
Les Portes du Tarn doivent s'implanter sur 198 hectares, en bordure de l'A68, entre Buzet-sur-Tarn et Saint-Sulpice-la-Pointe. Archives.
Les Portes du Tarn doivent s'implanter sur 198 hectares, en bordure de l'A68, entre Buzet-sur-Tarn et Saint-Sulpice-la-Pointe. Archives. © Googlemaps

Cela fait maintenant trois ans qu'ils bataillent contre Terra 2, ce projet d'entrepôt logistique qui doit être implanté dans la zone à construire des Portes du Tarn, à Saint-Sulpice-la-Pointe. Les opposants à ce projet viennent de saisir la justice par la voix de deux associations. France Nature Environnement Midi-Pyrénées (FNE) et Saint-Sulpice Active et Citoyenne ont déposé deux recours devant le tribunal administratif de Toulouse, lundi 26 juillet, pour demander l'annulation des deux arrêtés préfectoraux autorisant la construction de cet entrepôt géant.

La destruction d'espèces protégées

Le premier arrêté contesté par les associations a été pris par les préfets de la Haute-Garonne et du Tarn le 6 mai 2021. Il autorise la destruction d'espèces protégées pour constuire le bâtiment. Selon les deux associations, toutes les espèces protégées ne sont pas recensées dans l'arrêté du 6 mai. "Nous avons fait venir des naturalistes sur le site" explique ainsi Sylvain Plunian, membre de l'association Saint-Sulpice Active et Citoyenne et élu d'opposition à la mairie de Saint-Sulpice, "et on estime aujourd'hui qu'une centaine d'espèces est menacée par le projet".

Le second arrêté contesté, en date du 21 juin 2021, est un arrêté d'autorisation environnementale. "La consultation du public a été mal faite" estime aujourd'hui Sylvain Plunian. "On ne lui a pas donné les éléments qui permettent de réaliser les dimensions du bâtiment, les bruits et les nuisances que cet entrepôt va engendrer." 

On a menti aux gens en leur promettant une zone vertueuse, soucieuse de son environnement et en leur promettant qu'il n'y aurait pas de logistique de massification. Et là, on va construire un entrepôt géant de 7 hectares avec 123 quais de chargement.

Sylvain Plunian, membre de l'association Saint-Sulpice Active et Citoyenne

Un bâtiment jugé démesuré

Terra 2 doit s'implanter sur 70 000 m2. Il devrait mesurer 533 mètres de long, 125 mètres de large et 14 mètres de hauteur. Un bâtiment gigantesque. Mais ce n'est pas seulement sa taille qui inquiète les opposants. Ils ignorent encore qui le louera au promoteur mais le bâtiment semble adapté au e-commerce. Ils craignent donc de voir s'implanter un géant du secteur comme Amazon ou Ali Baba.
"On ne veut pas localement d'une entreprise qui déménage le monde quand on pourrait faire le choix du local" argumente Sylvain Plunian.

Pour lui, il faut tenir compte à la fois de l'environnement et des attentes des citoyens. 

On a tous les indicateurs qui nous disent que le changement climatique est en route et on continue à développer le territoire comme dans les années 60, sans réfléchir à l'avenir. On transforme le foncier agricole sans réfléchir aux conséquences et sans tenir compte des gens qui vivent dans ces territoires. Les élus veulent transformer nos vies dans ces territoires et cela ne nous convient pas.

Sylvain Plunian

Le projet va à l'encontre des orientations nationales soulignent FNE et Saint-Sulpice Active et Citoyenne, rappelant les récents propos de la ministre de la Transition écologique. "Tout le monde se rend bien compte qu'on ne peut plus continuer à bétonner, y compris les entrepôts logistiques" disait ainsi Barbara Pompili au micro de France Info, le 20 juillet.

Un projet contesté depuis son lancement

Cela fait 8 ans que le projet des Portes du Tarn a été officiellement lancé. Ce parc d’activités de 198 hectares, situé au bord de l'A68, entre Saint-Sulpice et Buzet-sur-Tarn se veut "éco-responsable" selon ses promoteurs qui promettent depuis le début un espace où se mêleraient commerces, lieux de vie, entreprises et espaces verts. Mais il suscite depuis le départ de nombreuses oppositions, notamment en raison de son ampleur et des nuisances qu'il pourrait créer.

Les deux recours déposés devant le tribunal administratif de Toulouse ne sont pas suspensifs. Il n'empêcheront donc pas les travaux de commencer. Mais les deux associations envisagent déjà de recourir à des référés pour les supendre quand ce sera le cas...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie entreprises urbanisme aménagement du territoire environnement justice société écologie polémique